Publicité

13 octobre 2021 - 12:46 | Mis à jour : 16:41

Le Parc Foresti Fruits, l’apprentissage à travers l’agriculture 

Dominique Côté

Par Dominique Côté, Vidéojournaliste

Toutes les réactions 1

Les élèves de la classe de formation préparatoire au travail de l'École secondaire de Trois-Pistoles et le Comité des jardins de demain ont fièrement accueilli la population à l'inauguration du Parc Foresti Fruits mercredi. Ce sont 150 élèves et 50 citoyens-bénévoles, épaulés par l'équipe d'Arbre-Évolution, qui auront mis les mains à la terre pour réaliser cet ambitieux projet, unique dans l'Est-du-Québec.

Le Parc Foresti Fruits est un verger forêt situé sur le terrain de l'école, au coin des rues Roy et Jenkins, où 1250 arbres ont été plantés à l'automne 2020, dont 450 arbres fruitiers, 750 arbres forestiers et 50 plants de noisetier. 

Enseignante d’élèves en difficulté et instigatrice du projet, Ann Drapeau salue avec grand engouement le projet, qui permettra aux jeunes de s’épanouir à l’extérieur de leurs classes. «De s’occuper du vivant, pour eux, c’est la meilleure chose qui pouvait leur arriver. Ils peuvent voir l’aboutissement de leur travail, comme les arbres, les fruits et les légumes qui ont poussé», s’est-elle réjoui. Pour elle, le Parc Foresti Fruits représente une réussite pour des élèves qui ont vécu des échecs tout au long de leur vie. «Là, ils sont très valorisés par ça.» 

Elle a d’ailleurs ajouté que les groupes de jeunes sont impliqués au quotidien dans ce projet, qui permet à ceux-ci d’apprendre de manière alternative à travers les tâches qu’ils exécutent. «On fait du français, des mathématiques, de la science, on fait toutes les matières avec ce projet-là. Ils n’ont pas l’impression d’apprendre, mais ils apprennent vraiment.» 

Emmanuel Bérubé, représentant de l’École secondaire Trois-Pistoles, en a profité pour saluer les nombreux partenaires derrière ce nouveau parc. «C’est un projet qui a vu le jour grâce une équipe très engagée et plusieurs partenaires, mais plus particulièrement Ann Drapeau», a admis M. Bérubé. En effet, l’idée d’un parc fruitier a été lancée en novembre 2019 par Mme Drapeau, qui a par la suite entamé plusieurs démarches auprès du Centre de services scolaire du Fleuve-et-des-Lacs. C’est finalement en février 2020 que le projet aura réellement pris forme.

«Dans quelques années, ce sera de toute beauté et la communauté pourra faire une récolte citoyenne. Ce sera ouvert à la communauté pour venir cueillir des fruits qui auront poussé ici», a indiqué M. Berubé. D’ailleurs, grâce à un partenariat conclu avec l'organisme local en sécurité alimentaire, Croc-Ensemble des Basques, les surplus de fruits frais pourront être distribués au service d'aide alimentaire, aux frigos partagés et aux cuisines collectives de la MRC des Basques. 

Le préfet de la MRC, Bertin Denis, était également présent pour l’inauguration du Parc. «L’agriculture, c’est du vivant, c’est le proche de la terre. C’est ce qui a permis à toutes nos nations d’exister», a-t-il prononcé. Ce dernier a soutenu que la MRC des Basques a lancé, il y a une dizaine d’années, un plan de développement de la zone agricole du territoire. «Ici, on a un étalage de la solution parfaite avec le jardin, avec le Parc Foresti Fruits, pour répondre à ce besoin primaire-là de l’humain», a souligné M. Denis. 

Des nouveaux cours pourront être dispensés en horticulture, en jardinage, en transformation alimentaire et en cuisine avec la mise sur pied du Parc devant l’École secondaire de Trois-Pistoles. Certains enseignants pourront notamment profiter du verger pour y enseigner en plein air. 

Le comité qui appuie ce projet a également tenu à annoncer que, si la première phase du projet est terminée, plusieurs autres phases seront à prévoir afin de rendre le Parc toujours plus attrayant. L'aménagement de sentiers, de mobiliers et de panneaux d'interprétation feront partie des étapes à venir au courant des prochaines années.

 


 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Félicitations, très belle initiative. D'ailleurs, les villes devraient nous encourager à planter des arbres fruitiers sur nos terrains au lieu de nous obliger à y mettre des bouleaux, érables, ou autres arbres géants qui ne font que de l'ombre et des feuilles et nous cachent du soleil qui réchauffe au printemps et à l'automne.

    gilbert blachon - 2021-10-13 16:19