Publicité

13 octobre 2021 - 11:15 | Mis à jour : 11:50

Pas d’Opération Nez Rouge dans les Basques et Rivière-du-Loup cet hiver 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Identifier un conducteur désigné lors des soirées festives de la période des Fêtes sera important, cette année, dans les régions de Rivière-du-Loup et des Basques, alors que le service offert par l’Opération Nez Rouge ne sera pas disponible pour l’hiver 2021.  

La nouvelle a été confirmée par le secrétariat national d’Opération Nez Rouge, le 13 octobre. Les deux régions ne font d’ailleurs pas partie de la liste des organisations locales qui prévoient participer à la campagne des semaines à venir. 

En province, seulement une trentaine d’organisations seront en opération, du 26 novembre au 31 décembre. 

«Au Bas-Saint-Laurent, seulement l’organisation de Matane est de retour. Ailleurs, on a jugé, en fonction du guide de mesures sanitaires qu’on leur a remis, que les réalités locales, le manque de ressources humaines ou matérielles, par exemple, ne permettaient pas la tenue de la campagne», explique la directrice des communications et du marketing d’Opération Nez rouge, Marilyn Vigneault.

À Rivière-du-Loup, il n’y a eu aucune organisation depuis 2018, faute d’un organisme responsable de l’organisation et d’un essoufflement bénévole. Selon Mme Vigneault, aucun organisme n’aurait levé la main pour reprendre le flambeau. On espère que cette situation changera au cours de prochains mois. «Nous avons bon espoir pour 2022.»

Dans les Basques, l’unité dirigée par le Groupe Scout de Trois-Pistoles depuis cinq ans était présente en 2019, et souhaitait être de retour en 2021, mais un manque d’intérêt, en contexte de pandémie de surcroît, a là aussi été remarqué. 

«Seulement 30 % des personnes impliquées dans les dernières années étaient intéressées à revenir. C’était trop peu pour pouvoir se lancer dans l’organisation, d’autant plus que les contraintes sanitaires, dans le local, auraient demandé encore plus de travail», confie la coordonnatrice Thérèse Jean. 

Elle ajoute que la possibilité d’une quatrième vague nourrissait aussi certaines craintes lors de la mobilisation au début septembre. «Nous souhaitons être de retour l’année prochaine. Si la situation s’est améliorée, j’ai bon espoir que les bénévoles seront de retour», confirme-t-elle.  

SITUATION QUÉBÉCOISE 

La situation dans les Basques et à Rivière-du-Loup n’est pas unique en province. Seulement la moitié des organisations locales offriront comme à l’habitude un service de raccompagnement entre la fin novembre et la fin décembre, selon Opération Nez Rouge. On compterait ainsi qu’une vingtaine d’antennes locales sur les quelque soixante habituelles. Malgré tout, celles-ci offriraient 65 % des raccompagnements effectués au Québec.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article