Publicité

1 juillet 2021 - 15:53

Le député Blanchette-Joncas réclame des investissements en logement

En pleine période de déménagements et alors que les besoins en logement se font ressentir plus que jamais, le député de Rimouski-Neigette – Témiscouata - Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, réagit à la publication par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) d’une brochure sur l’évolution des interventions fédérales en logement qui démontre le désinvestissement du gouvernement fédéral dans le dossier.

«Ce sont 80 000 logements sociaux qui n’ont pas pu être construits au Québec en raison des coupes d’Ottawa. Comme le dit le FRAPRU, la Stratégie nationale sur le logement du gouvernement libéral instaurée en 2017 ne permet pas du tout de rattraper le manque à gagner. Les besoins en logements sont bien réels et des locataires pourraient théoriquement tomber en situation d’itinérance», a ajouté M. Blanchette-Joncas.

Malgré la signature d’une entente bilatérale entre Ottawa et Québec à l’automne dernier, le manque à gagner reste majeur et malheureusement, cette entente ne suffira pas à combler ce manque. «Si le Bloc prend acte de l’intention du fédéral de rendre ces sommes disponibles à Québec, nous réitérons l’importance d’augmenter les montants afin d’espérer combler ce retard accumulé depuis les années 1990. Un retard particulièrement criant au niveau du logement social et communautaire», ajoute-t-on.

Le taux d’inoccupation des logements à Rimouski démontre bien que les besoins sont réels. Il est passé de 2,6 à 0,9% en une année seulement et il affiche présentement le plus bas dans les 11 dernières années. Les logements familiaux de trois chambres et plus sont encore plus difficiles à trouver avec un taux plus bas à 0,2%.

«Il y a urgence d’agir quand on sait qu’il y a des gens qui attendent sur des listes de logements sociaux ici dans Rimouski-Neigette et dans l’ensemble du Québec. Il est inacceptable qu’une telle situation se perpétue et que l’on voie des familles se retrouver à la rue alors que le soutien fédéral est insuffisant pour répondre aux besoins criants. J’ai eu des échanges bouleversants avec des gens qui ne savaient plus où donner de la tête pour trouver un logement. Des pères et mères de familles, des étudiants et des gens de tous âges qui se sentent rongés par le stress de ne pas se trouver un toit. Le logement est un besoin fondamental et il y a urgence d’agir. Pas dans 5 ou 10 ans. Maintenant!» s’est exclamé le député bloquiste.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article