Publicité

13 mai 2021 - 17:02 | Mis à jour : 14 mai 2021 - 11:31

La fin pour CKRT-TV de Télé Inter-Rives

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 3

La fin des émissions le 31 aout prochain pour CKRT-TV annoncée par Télé Inter-Rives le jeudi 13 mai et qui survient six décennies après sa mise en ondes ne signifie pas une découverture du KRTB pour ICI Radio-Canada qui entend assurer une présence locale axée sur la mobilité.

Ainsi, Patrick Bergeron et Fabienne Tercaefs assureront à compter de lundi la couverture journalistique des quatre MRC de l'ouest du Bas-Saint-Laurent. Radio-Canada a souhaité se faire rassurante et souligne que la couverture du territoire et sa présence sur ses plateformes d'information sont «fondamentales».

De son côté, le directeur des médias régionaux de Radio-Canada, Jean-François Rioux, soutient qu'avec l'appui de deux vidéojournalistes, la SRC se dote d'une meilleure flexibilité, d'une mobilité accrue et poursuit son engagement dans la région.

Sans vouloir en dévoiler les grandes lignes, Le Téléjournal Est-du-Québec devrait donc profiter d'une présence accrue dans la région. «Je ne m'immisce pas dans la ligne éditoriale, mais évidemment, nous avons deux journalistes aguerris et nous avons la volonté de bien représenter le territoire, on veut bien le couvrir sur l'ensemble de nos plateformes», ajoute M. Rioux.

Les téléspectateurs du KRTB accéderont donc à la programmation nationale et locale de Radio-Canada par le biais de sa propre antenne régionale , soit celle d'ICI Est-du-Québec par câble et satellite, via son émetteur CJBR-DT situé à Rimouski. Quant à la perte du signal par voie hertzienne, M. Rioux rappelle que 99% de la population de la région accède déjà au service de télé par fibre optique, câble ou satellite.

«À une certaine époque, ces affiliations nous permettaient d'être présents dans des endroits où nous n'avions pas d'antenne et où c'était plus complexe. Aujourd'hui, les ondes hertziennes sont carrément laissées de côté. Nous souhaitions aussi donner à la population du KRTB la programmation locale d'ICI Radio-Canada Est-du-Québec», ajoute M. Rioux.

Ce dernier souligne que c'est le signal de CKRT-TV qui était reçu dans Charlevoix et que la SRC a reçu des lettres de citoyens souhaitant plutôt obtenir le signal de Québec. «Pour eux, avoir un bulletin de nouvelles qui est axé sur Rivière-du-Loup ça ne faisait pas de sens, alors qu'ils sont sur la rive nord», laisse tomber M. Rioux.

Ce dernier a mentionné que le processus était enclenché depuis trois ans et que c'est finalement en aout dernier que la SRC a avisé par lettre qu'elle mettait un terme à son entente à Télé Inter-Rives. «On voulait donner le temps à la famille Simard de voir venir les choses, elle savait depuis trois ans que c'était notre dernière entente et on leur a confirmé.»

RÉACTIONS

De son côté, la mairesse de Rivière-du-Loup a réagi à l'annonce par le biais d'une lettre ouverte dans laquelle elle partage ses inquiétudes.

«Je prends la plume aujourd’hui pour témoigner de ma préoccupation quant à la place qu’occupera dorénavant Rivière-du-Loup dans le traitement de l’information régionale. Certes, des journalistes du diffuseur national sont basés ici même et couvrent l’ouest du territoire bas-laurentien. Cependant, les gestionnaires, affectateurs et chefs de pupitre sont tous dans l’est, où se prennent conséquemment les décisions, où se décide ce qui constitue un enjeu, une nouvelle, un sujet d’intérêt», écrit-elle.

«Je suis confiante qu’ils sont des femmes et des hommes intègres et professionnels, qui ont à cœur le traitement rigoureux de l’information. Je ne veux semer aucun doute sur cet aspect. Toutefois, je crois fermement que lorsqu’on habite un milieu et qu’on le vit au quotidien, les enjeux qui s’en dégagent ont une plus grande résonnance en nous et, naturellement, ils peuvent revêtir une plus grande importance à nos yeux», poursuit Mme Vignet.

Cette dernière s'inquiète ouvertement sur la place qu’occupera Rivière-du-Loup et les alentours dans la couverture régionale et nationale de l’actualité, et rappelle du même coup que c'est souvent sous «l’impulsion des médias locaux que des dossiers à portée nationale prennent leur plein envol».

Sylvie Vignet conclut en réaffirmant l'importance que revêt la diversité des médias et émet le souhait que le milieu louperivois conserve une juste place dans le traitement de l'information régionale.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Le signal terrestre est la seule manière de recevoir les programmes de service public (payés par nos taxes) sans devoir payer en plus un abonnement à un télédistributeur. J'espère que les antennes pourront servir de réémetteurs et ne seront pas démantelées, mais il va falloir que les habitants se mobilisent. Une bien triste nouvelle pour l'information régionale.

    Jean-Marc Guadaira - 2021-05-15 15:23
  • Je suis d'accord avec vous M. Viel. Je pense que le signal hertzien doit rester, que c'est un service essentiel. Je connais des gens qui habitent à des endroits où le câble ne passe pas et qui ne veulent pas payer pour une antenne satellite. Radio Canada en plus! C'est un service d'état... Quand à la qualité du signal vous avez encore raison, il est meilleur que celui du câble.

    Steve Alexandre - 2021-05-15 08:25
  • Je suis perplexe d'apprendre la coupure du signal hertzien de la part de la Société d'état, c'est d'ailleurs un prérequis de la part du CRTC pour obtenir une licence généraliste !!!

    Assurément, M. Rioux ne semble pas suivre le marché des cablo-distributeurs quand il dit : "Quant à la perte du signal par voie hertzienne, M. Rioux rappelle que 99% de la population de la région accède déjà au service de télé par fibre optique, câble ou satellite."

    Et portez ici attention aux "sources" :
    https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/la-croisee/segments/entrevue/210189/cablodistribution-television-netflix-amazon-abonnement-sur-demande

    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/774813/canadiens-debranchement-cable-2015

    La vraie raison semble plutôt être financière, Radio-Canada ne souhaitant plus louer l'émetteur de Télé-Interives alors qu'elle possède celui de Rimouski. Est-ce que le KRTB est encore une fois une sous classe de citoyens "non-Rimouskois" ?

    Si d'autres citoyens souhaitent lancer des moyens de pression pour conserver le signal par antenne (qui soit dit en passant est de meilleur qualité que celui du câble), ils peuvent compter sur mon appui.

    Fier usager HD hertzien depuis 2009

    Sébastien Viel - 2021-05-13 20:53