Publicité

15 avril 2021 - 10:23 | Mis à jour : 11:07

Sortie virulente de Bernard Généreux à l'endroit du Bloc québécois

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin

Le député de Montmagny—L’Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, Bernard Généreux a vivement dénoncé et pris à parti le Bloc québécois qui s'est rallié aux Parti libéral du Canada lors d’une rencontre du Comité permanent de la Défense portant sur les allégations visant l’ancien chef de la défense, le général Jonathan Vance.

Rappelons que le comité parlementaire a mis un terme à son enquête sur les allégations d'inconduite sexuelle dans l'armée canadienne après l'adoption lundi d'une motion du PLC alors que les libéraux occupent 6 des 12 sièges. La motion a pu être adoptée grâce à l'appui du Bloc québécois. Le député Généreux se questionne sur les raisons qui ont poussé les deux partis à adopter cette motion qui a mis un terme au comité.

Par voie de communiqué, M. Généreux soutient que les révélations troublantes des dernières semaines et ce qu'il qualifie d’inaction du gouvernement libéral auraient dû inciter les parlementaires, et à plus forte raison les bloquistes, à poursuivre l’enquête afin de faire la lumière sur ce dossier.

«Je peux comprendre que les libéraux veulent que l’enquête se termine au plus vite considérant qu’ils ont géré toute l’affaire de la pire façon possible, mais pourquoi les bloquistes ? Ne veulent-ils pas conclure convenablement cette enquête dont les conséquences ont été réelles et tangibles pour des femmes militaires ? Leur position ne fait aucun sens et c’est vraiment regrettable qu’ils ne prennent pas ces allégations sérieusement», a affirmé le député Bernard Généreux par voie de communiqué.

La motion adoptée invite les membres du comité à faire parvenir leurs propositions de recommandations au greffier d'ici le vendredi 16 avril. Le but, a expliqué la députée libérale Anita Vandenbeld, est de permettre qu'un rapport puisse être déposé à la Chambre des communes avant l'ajournement des travaux prévus en juin. Une réponse qui ne semble pas trouver écho auprès du député conservateur.

«Il existe plusieurs bases militaires au Québec, comme Bagotville, Val-Cartier ou Saint-Jean. Est-ce que les bloquistes peuvent expliquer aux militaires, surtout aux femmes, les raisons pour lesquelles ils ne pourront pas connaitre tous les tenants et aboutissants de cette enquête ? Comment assurer un environnement sécuritaire pour les femmes militaires en sachant que les libéraux ne feront rien pour l’améliorer et pour les défendre ?», s'est ouvertement questionné Bernard Généreux.

Rappelons toutefois que le comité parlementaire concernant la gestion des agents des cas d’inconduite sexuelle poursuit ses activités. Ce comité étudie la manière avec laquelle l’armée gère les comportements sexuels inappropriés dans ses propres rangs. Les militaires ont été vivement critiqués par des victimes d’inconduite sexuelle pour leur gestion des cas, particulièrement lorsque les accusations impliquent des officiers supérieurs.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article