Publicité

29 mars 2021 - 07:45 | Mis à jour : 08:00

Budget provincial 2021-2022 : vent de fraîcheur pour l’industrie touristique

Dominique Côté

Par Dominique Côté, Journaliste de l'Initiative de journalisme local

L’industrie du tourisme au Québec bénéficiera d’une somme de 204,9 millions$ au cours des six prochaines années. C’est ce qu’a annoncé jeudi le ministre des Finances Éric Girard dans le cadre du dépôt du budget provincial de 2021-2022. Ce montant apporte une certaine lueur d’espoir aux entreprises touristiques du Bas-Saint-Laurent, qui œuvrent dans l’un des secteurs les plus durement touchés par les conséquences de la pandémie.  

Avec cette somme d’argent, le gouvernement souhaite entre autres stimuler les investissements privés dans le secteur touristique, favoriser le tourisme de nature et d’aventure, dynamiser l’activité économique en améliorant les infrastructures touristiques, promouvoir l’industrie touristique québécoise au Québec et au Canada ainsi qu’appuyer les producteurs de boissons alcooliques artisanales.

Le ministre des Finances a également dévoilé le maintien du rabais de 50% sur la carte annuelle de la Sépaq, dont pourront bénéficier les deux parcs nationaux situés au Bas-Saint-Laurent.

Bien que les montants distribués entre les régions n’aient pas encore été précisés, le directeur général de Tourisme Bas-Saint-Laurent, Pierre Levesque, se montre reconnaissant à la suite du dépôt budgétaire de jeudi. «Je pense que le gouvernement comprend l’importance de l’industrie touristique et voit qu’elle a été affectée de manière considérable par la pandémie. C’est certain que nous accueillons favorablement cette annonce-là», a-t-il déclaré.

Conscient des répercussions vécues par l’industrie touristique de la région dans la dernière année, M. Levesque voit un avenir prometteur pour le tourisme. «On va travailler de pair avec le gouvernement pour s’assurer que nos entreprises d’ici puissent en profiter au maximum.»

Monique Dionne, directrice générale de Tourisme Rivière-du-Loup, est également du même avis. «C’est intéressant de voir que le gouvernement reconnaît que notre industrie est un apport économique majeur pour le Québec. Les restaurateurs et les hôteliers en ont grandement besoin. Ça va être un relancement difficile mais tous les partenaires touristiques ont bien hâte», a-t-elle admis.  

Avec la saison hivernale qui s’est avérée moins fructueuse que prévu, Monique Dionne considère cette annonce comme un vent de fraîcheur. «C’est une industrie qui est sous respirateur artificiel en ce moment. On s’attendait à un hiver un peu mieux avec la motoneige, mais finalement, ça a été très court comme saison et plutôt difficile. Je pense qu’il y a beaucoup d’espoir qui est fondé à partir du printemps et c’est là que nous travaillons présentement pour essayer d’avoir la meilleure saison possible, compte tenu des circonstances», a-t-elle admis.

Dans un communiqué envoyé jeudi, l'Alliance de l'industrie touristique du Québec salue le budget 2021-2022 du gouvernement provincial et souligne également l’annonce récente du Cadre d'intervention touristique 2021-2025, qui est assorti de moyens financiers de 225 millions$ provenant de l'exercice budgétaire 2020-2021.

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article