Publicité

4 janvier 2021 - 12:06 | Mis à jour : 13:38

Décès de Léonce Vézina: «un homme d'exception»

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 3

Avec le décès de Léonce Vézina à l’âge de 95 ans, ancien propriétaire de Vézina Mode, Rivière-du-Loup est en deuil d’un grand bâtisseur, mais plus encore, d'un homme que l'on décrit comme profondément bon. Ce dernier est décédé le 30 décembre dernier au CHSLD de Chauffailles.

Pour Gratien Fournier, copropriétaire de Les Télévisions Rivière-du-Loup - Centre Hi-Fi et de Hervé «ti-père» Hodgson, actuel propriétaire de Vézina Mode, qui ont bien connu le nonagénaire, Léonce Vézina était un homme hors norme.

«Il n'était pas un homme exceptionnel, non, il était un homme d'exception. C'est plus rare encore et c'était le dernier», lance M. Hodgson. Les deux hommes se sont côtoyés plus de 50 ans à la boutique. «C'était mon deuxième père, un père spirituel, j'ai perdu quelqu'un d'important», laisse-t-il tomber.

M. Vézina a longtemps été le doyen des commerçants louperivois. À un âge où il aurait pu se reposer, l'heure de la retraite se faisait encore attendre. Au fil d’une carrière longue de 70 ans, il aura été témoin des nombreuses transformations tant dans la mode que dans le commerce de détail.

Ainsi, c’est jusqu’à l’âge de 90 ans, toujours tiré à quatre épingles, qu'on le retrouvait derrière le comptoir. «Je disais à la blague que c'est à 65 ans de service qu'il prendrait sa retraite, mais finalement j'ai dû m'ajuster parce qu’il a continué encore 5 ans», souligne Hervé «ti-père» Hodgson.

La grande gentillesse du disparu fait l’unanimité chez tous ceux qui ont croisé sa route. «Il avait le cœur sur la main. Il était toujours prêt à rendre service. Il était humble et dévoué. Il incarnait aussi le service client avec un grand "S"», ajoute Gratien Fournier.

Humble, M. Vézina préférait être un homme de l'ombre. «Ce n'était jamais celui à l'avant-plan, mais c'était celui qui travaillait le plus fort en arrière. Il a beaucoup donné, mais il ne l'affichait pas. Il a aidé beaucoup de gens dans les sports», ajoute M. Hodgson.

On se rappellera aussi qu’il s’était joint à l’aventure de la relance des 3L en 2010.

LÉONCE VÉZINA

À la suite du décès de sa mère, Léonce Vézina a été recueilli par la famille du médecin Alphonse Couturier, notamment ministre de la Santé de 1960 à 1965 sous le gouvernement de Jean Lesage.

Jeune adulte, il est atteint de la tuberculose et passera deux ans à l'hôpital. À sa sortie, il rejoindra son frère Ernest qui venait de lancer la mercerie Ernest Vézina.

La boutique deviendra la Mercerie Vézina, puis Vézina Mode. Il y passera plus de 70 ans. «J'aime rencontrer les gens, le contact humain est pour moi très important. Je ne pourrais pas rester chez moi à ne rien faire», nous avait raconté M. Vézina en 2015.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • J'ai connu monsieur Vézina au comité de l'Alliiance Française et ensuite à la Fondation Francoise Bédard, Une personne distinguée et affable aussi très généreux. Condoléances à tous les siens.

    Janine Lizotte Ouellet - 2021-01-05 09:22
  • un homme super competent et super aimable . Sympathies a Herve et la famille de la part des Desmeules

    Jacques Desmeules - 2021-01-04 18:37
  • Il a fait beaucoup pour la culture aussi. M. Vézina a été l'un des tout premiers à acheter une toile d'Andrée, il connaissait les écrivains, les musiciens, les peintres. En toute discrétion, il a été un mécène éclairé. Je suggère qu'on donne son nom à un coin de la ville. Pourquoi pas le parc-stationnement en face du magasin Vézina?

    Richard Levesque - 2021-01-04 16:53