Publicité

29 décembre 2020 - 15:10 | Mis à jour : 15:44

Solidarité pour une famille de Rivière-du-Loup

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Une campagne de sociofinancement se déroule actuellement afin d’aider à couvrir les frais de voyagement d’un couple de Rivière-du-Loup dont le nouveau-né se trouve aux soins intensifs d’un centre hospitalier de Québec à la suite de problèmes de santé. 

Michaël Émond raconte que son fils, Charles, est né le 17 décembre à 34 semaines et 5 jours. Initialement, tout se déroulait plutôt bien, mais un incident lié à la machine l’aidant à respirer (appareil CPAP) a forcé son entrée en chirurgie et son déplacement vers la Capitale-Nationale. 

«Le 20 décembre au matin, il a été victime d’un pneumothorax. Il a essayé de forcer plus que ce que la machine voulait lui donner et ça lui a perforé le poumon droit, explique M. Émond lors d’un entretien téléphonique. Il a par la suite dû être opéré à Rivière-du-Loup pour lui installer un drain thoracique, puis transféré vers Québec.»

Le voyage, effectué dans la même journée, a été ensuite difficile pour le bambin. «Son état s’est détérioré pendant le transport et il a été intubé à son arrivée au CHUL. Dans les jours suivants, il a fait deux autres pneumothorax. Entre les deux, le drain thoracique avait été retiré, mais les médecins ont dû en reposer un autre d’urgence lors d’une soirée où sa respiration allait moins bien. Il a subi plusieurs chirurgies en peu de temps», poursuit le papa. 

Au moment d’écrire ces lignes, le 29 décembre, le bébé est toujours aux soins intensifs, mais il repose dans un état stable. Selon les spécialistes, il devra rester en observation à Québec pour au moins deux semaines supplémentaires. Il doit aussi passer différents tests pour son cœur et ses poumons. 

LEVÉE DE FONDS 

Parents de quatre autres enfants âgés de quatre ans et moins, Michaël Émond et sa conjointe Marilyn Pruneau multiplient présentement les allers-retours afin d’être le plus souvent possible au chevet de leur bébé. La campagne de sociofinancement, lancée par leurs proches, vise à les aider à couvrir les frais de voyagement, d’hébergement et de restauration.

Soulignons que des démarches ont été effectuées auprès de ressources qui viennent en aide aux familles dans des situations semblables, comme le Manoir Ronald McDonald, mais celles-ci n’ont plus de place disponible pour les accueillir. Selon M. Émond, plusieurs dizaines de bébés sont actuellement soignés sur l’unité néonatale du Centre mère-enfant du CHUL.

Les deux parents font le voyage ensemble vers Québec afin qu’ils puissent se relayer à l’hôpital. En raison de la COVID-19, seulement l’un d’entre eux peut se rendre au chevet de l’enfant.

«On apprécie tout le monde qui nous aide et qui pense à nous à travers cette épreuve difficile-là. Disons que c’est un temps des Fêtes un peu particulier, nous sommes très reconnaissants», mentionne Michaël Émond, précisant aussi avoir reçu beaucoup de soutien de la famille et des amis.

Le couple bénéficie aussi de l’aide du Centre mère-enfant, ainsi que de l’organisme Préma-Québec, dont la mission est d’améliorer la qualité de vie des enfants prématurés en offrant un appui psychologique et financier à leurs parents. 

La campagne de sociofinancement, créée sur la plateforme GoFundMe, peut être retrouvée ici. Jusqu’ici, elle a permis d’amasser plus de 2100 $ sur un objectif de 3000 $ . 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article