Publicité

18 décembre 2020 - 06:33

Maxime Blanchette-Joncas fait le bilan de la session automnale 

L’année qui s’achève aura provoqué de nombreux bouleversements, ce qui n’a pas empêché le député de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, et le Bloc Québécois de multiplier les projets et les propositions constructives. 

«Contrairement à la perception populaire, les partis d’opposition ne s’opposent pas pour la forme. Notre action permet plutôt de proposer des solutions concrètes aux problèmes que connaissent nos concitoyens. Ainsi, nous avons soumis de nombreux projets de loi pour combler les vides laissés par le gouvernement libéral depuis le début de la session parlementaire», souligne le député Blanchette-Joncas.

«Initiative on ne peut plus directe pour notre région, le Bloc Québécois a déposé cet automne un projet de loi réclamant la protection de la gestion de l’offre dans les prochains accords commerciaux, avec l’appui formel de l’Union des producteurs agricoles. Nous sommes les seuls à avoir annoncé sans ambiguïté nos couleurs à ce propos», ajoute-t-il. 

Par ailleurs, le Bloc a remis à l’avant-plan un projet de loi présenté dans la précédente législature pour favoriser les bénéficiaires de régimes de retraite avant tous les autres créanciers en cas de faillite de l’entreprise qui les emploie.

«Nous avons vu à quel point de telles situations peuvent plonger des travailleurs dans une grande insécurité, alors qu’ils devraient plutôt profiter paisiblement de la retraite à laquelle ils ont honnêtement contribué. Je pense entre autres à ce qu’ont subi les syndiqués de la White Birch au cours de la dernière décennie à Rivière-du-Loup, alors qu’ils risquaient de perdre 50 % de leurs revenus dans une situation semblable», rappelle Maxime Blanchette-Joncas. 

«Avec C-223, nous avons remis de l’avant la question de la situation du français au Québec. Outre de dévoiler le vrai visage des libéraux en la matière, c’est-à-dire des gens irrités dès que les francophones revendiquent leurs droits, ce projet de loi avance enfin des balises très nettes pour nous assurer que les immigrants au Québec démontrent une connaissance minimale de notre langue commune, le français!», résume le député de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques à ce sujet. 

Outre ces projets de loi phares, le Bloc Québécois a maintenu sa pression pour qu’Ottawa contribue à sa juste part au bien-être de nos aînés : d’abord, en exigeant une majoration récurrente de la pension de vieillesse d’au moins 110 $ par mois et en ralliant les partis d’opposition pour réclamer que le gouvernement fédéral augmente de 22 à 35 % ses paiements de transfert en santé au Québec. «On ne saura jamais trop le signaler : ce sous-financement fédéral en santé explique sans nul doute une bonne partie des problèmes majeurs qu’on a constatés au cours des derniers mois dans les services aux personnes âgées», estime Maxime Blanchette-Joncas.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article