Publicité

9 décembre 2020 - 09:55 | Mis à jour : 10:05

Nouvelle entente de principe sectorielle entre la FIQ et le gouvernement du Québec

Les déléguées de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec–FIQ et de la FIQ | Secteur privé ont entériné à 82% la nouvelle entente de principe conclue dans les dernières heures avec le gouvernement  du Québec sur les matières sectorielles.

«Cette entente de principe sectorielle est une excellente nouvelle pour les patients québécois et les 76 000 professionnelles en soins du réseau de la santé au Québec. Nous avons entendu leurs revendications et nous proposons d'améliorer grandement les conditions de travail de ces femmes et de ces hommes qui sont au front jour et nuit pour soigner les Québécois. Les mesures négociées, qui représentent un changement de paradigme dans l'organisation du travail, répondent aux enjeux soulevés par la Fédération, tout en assurant la pérennité du réseau de la santé et des services sociaux», explique la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel.

«Les gains obtenus sont majeurs pour les professionnelles en soins, car ils viendront changer profondément la culture de gestion néfaste des dernières années qui a largement contribué à la dégradation des conditions de travail. De plus, la gestion de la mobilité et de la flexibilité appartiendra au passé pour maintenant miser sur la stabilité. Non seulement nos membres verront leur qualité de vie professionnelle et personnelle s'améliorer, mais les patients du Québec verront aussi la qualité des soins être grandement bonifiée», a déclaré Nancy Bédard, présidente de la FIQ.

REVENDICATIONS

Au cœur des demandes des professionnelles en soins se retrouvaient la surcharge de travail, les ratios professionnelles en soins/patients, notamment en CHLSD, et rendre plus attrayant les postes à temps complet. «Ces trois enjeux importants étaient intimement liés les uns aux autres et devaient être considérés comme indissociables par le gouvernement. À terme, les gains que nous avons obtenus garantiront aux professionnelles en soins qu'elles travailleront avec une équipe de travail complète et sur un poste stable, tant sur le quart de travail que sur le centre d'activités. Elles pourront connaitre leur horaire à l'avance et bénéficier de congés. Elles ne seront plus prises en otage par le temps supplémentaire obligatoire. Bref, pouvoir exercer leur profession dans un réseau de la santé où la conciliation travail-famille-vie personnelle sera réellement possible», expliquent d'une même voix Roberto Bomba et Jérôme Rousseau, co-responsables politiques de la négociation.

Parmi les gains obtenus, notons entre autres :

  • Des cibles de diminution de ratios professionnelles en soins / patients en CHSLD publics et privés conventionnés et l'ajout de 1 000 équivalents de postes à temps complet;
  • Une lettre d'entente avec comme objectif la diminution de l'utilisation du temps supplémentaire et de la main-d'œuvre indépendante (MOI);
  • Un engagement du gouvernement à revoir la directive visant le cadre de gestion régissant le recours à la MOI;
  • Le rehaussement sur une base volontaire des professionnelles en soins détenant un poste à temps partiel à un poste à temps complet, sur leur quart de travail et dans leur centre d'activités;
  • L'ajout de 500 équivalents de postes à temps complet avec priorité dans les centres d'activités en médecine-chirurgie;
  • Une nouvelle prime d'attraction-rétention pour les salariées détenant un poste à temps complet sur le quart de soir, de nuit et de rotation pouvant atteindre 4% d'augmentation;
  • La prime de fin de semaine pour les professionnelles en soins détenant un poste à temps complet passera de 4% à 8%;
  • La possibilité pour une professionnelle en soins en temps complet de soir d'avoir un horaire 9/14 permettant une meilleure conciliation travail-famille et vie personnelle;
  • La diminution de la précarité pour les professionnelles en soins, car elles auront accès à des postes à temps partiel 7 jours par période de 15 jours;
  • L'élargissement de la prime spécifique de soins critiques aux unités de soins obstétricaux (mère-enfant);

Cette entente ne touche pas les matières intersectorielles telles que le salaire, la retraite, les droits parentaux et les disparités régionales. L'alliance APTS-FIQ poursuivra les négociations sur ces matières. La tenue d'un référendum sera déterminée à une date ultérieure lors d'un prochain conseil national de négociation suivant l'entente de principe intersectorielle. Les membres se prononceront sur l'entente de principe globale.

Publicité


Publicité

Commentez cet article