Publicité

23 août 2020 - 06:06

Un important gain du Parti Québécois pour les patients des régions

Le député des Îles-de-la-Madeleine et porte-parole du Parti Québécois en matière de santé, Joël Arseneau, est heureux d’avoir obtenu un engagement du gouvernement : dès cet automne, les patients des régions éloignées devant se déplacer pour recevoir des soins de santé spécialisés bénéficieront d’indemnités bonifiées.

Que ce soit à l’ancienne ministre de la Santé, Danielle McCann, ou au nouveau, Christian Dubé, le Parti Québécois a souvent fait valoir que les indemnités offertes aux personnes devant se déplacer pour se faire soigner étaient insuffisantes et devaient impérativement être bonifiées. « Nous avons enfin obtenu cette promesse, et nous nous assurerons qu’elle sera respectée : les patients de la Côte-Nord, du Nord-du-Québec, de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, du Bas-Saint-Laurent et de l’Abitibi-Témiscamingue verront leurs indemnités être augmentées, et ce, dès cet automne », a détaillé Joël Arseneau.

Le député souligne qu’à 0,13 $ du kilomètre actuellement, ces indemnités sont bien loin de couvrir l’entièreté des dépenses engagées par les patients et leurs accompagnateurs. «Cette somme est dérisoire et, au bout du compte, ces gens-là doivent payer de leur poche pour recevoir des soins de santé. Ils décident, parfois, de sacrifier leurs vacances, ou d’entamer leurs fonds de pension. Toute la famille en souffre, finalement. On a même vu des cas où les patients choisissent carrément de renoncer aux soins, faute de moyens», a-t-il poursuivi.

«On ne peut plus tolérer cette situation, qui crée une iniquité à la fois entre les régions et les grands centres, mais également entre les citoyens du Québec, selon leur lieu de résidence. Or, grâce, d’une part, aux efforts des députés du Parti Québécois et, d’autre part, à la résilience des citoyens des régions, cette injustice sera corrigée, et ce, dès cet automne. C’est une belle victoire! Toutefois, nous ne nous contenterons pas d’une simple indexation; une refonte en profondeur du programme doit être effectuée, afin que les citoyens obtiennent la pleine compensation des sommes qu’ils ont réellement engagées», a conclu Joël Arseneau.


 

Publicité


Publicité

Commentez cet article