Publicité

18 juillet 2020 - 06:02

Le port du couvre-visage obligatoire dans les succursales de la SAQ

Toutes les réactions 2

À compter du samedi 18 juillet, les clients de la Société des alcools du Québec qui se présenteront en succursale devront obligatoirement porter un couvre-visage, afin de respecter les nouvelles directives gouvernementales et de la Santé publique.

Celles-ci seront également appliquées par la SAQ à l'ensemble de ses employés en succursale qui ont un contact avec la clientèle. La SAQ s'assurera du port du couvre-visage, mais aussi du maintien de toutes les mesures recommandées par les autorités de la Santé publique afin de contribuer à l'effort collectif contre la propagation de la COVID-19.

Depuis le début de la pandémie, afin de protéger ses employés et sa clientèle, la SAQ a limité le nombre de clients dans ses succursales et a augmenté la fréquence de nettoyage de celles-ci. La SAQ rappelle que toutes les mesures de prévention - dont le lavage des mains et la distanciation physique - dans son réseau sont toujours en vigueur.

La SAQ compte sur la collaboration de ses employés et de sa clientèle afin que soient respectées les directives émises par la Santé publique.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Excellent. Toutefois, je compte sur la collaboration des employés lorsqu’ils ne nous protègent pas ailleurs qu’au comptoir de paiement...Nous nous devons de protéger les autres...et eux aussi ont cette obligation!

    Yoland Chalifoux - 2020-07-18 22:00
  • Le 13 juillet, je comparais cette obligation de porter le masque réclamé à hauts cris depuis 4 mois et qu’enfin, avec trop de retard, Arruda se décide à appliquer à l’opposition à l’interdiction de fumer dans les espaces intérieurs d’il y a nombres d’années. Le 18 juillet Martin Lavoie du journal de Québec défend les mêmes arguments que je me bat à expliquer depuis 4 mois, ayant enfin compris lui aussi que le virus et la fumée de tabac suivent le même trajet aérien. Mais, pour gérer cette règle, le port du masque ne devrait pas être contrôlé par le commerçant mais par des agents de la CNESST et de la sécurité publique. Les raisons : protection des employés, et éviter que le commerçant perde un client potentiel qui quitterait son commerce s’il lui refuse l’entrée. La décision d’exiger le masque ne vient pas des commerçants, mais de la sécurité publique. C’est donc à la santé publique de mettre en place les moyens de contrôle et de sanction. Mentionnons pour finir que comme la fumée de tabac, le virus ne décide pas spontanément de stopper son déplacement après avoir parcouru 2 M. Donc il est illusoire de croire qu'on est en sécurité avec cette distanciation qui a coûté si cher à nos commerçants et pour rien.

    gilbert blachon - 2020-07-18 19:26