Publicité

2 juillet 2020 - 06:31

Rejet unanime des offres patronales et mandat de grève chez les chauffeurs de bétonnières de Béton Provincial

Après avoir rejeté à l’unanimité la dernière proposition de l’employeur, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs du Béton du Bas-Saint-Laurent-CSN se sont dotés d’un mandat de moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève, au moment jugé opportun.

Autrefois membres d’un syndicat FTQ, ce n’est pas sans heurts que les salariés ont joint les rangs du Syndicat régional CSN en octobre 2019. En effet, à l’époque, l’employeur ne semblait pas apprécier que les employés choisissent la CSN pour négocier leur prochain contrat de travail.

La négociation actuelle des opérateurs d’usines et des chauffeurs de bétonnières de Lac-au-Saumon, Rimouski et Rivière-du-Loup achoppe principalement sur le fait que l’employeur souhaite choisir ses vis-à-vis syndicaux ainsi que sur les salaires.

Pour le président du syndicat, Tommy Thibeault, rien d’étonnant que les membres aient rejeté à l’unanimité la proposition de l’employeur. En 2020, le respect est une notion qui ne coule pas encore de soi dans les relations de travail. « Il est aberrant de constater que pour la partie patronale, ces chauffeurs de bétonnières et opérateurs d’usines valent moins que ceux de Matane ou encore du Saguenay-Lac-Saint-Jean; » de compléter Tommy Thibeault.

POSSIBLE GRÈVE EN JUILLET

Fort des mandats qui lui ont été confiés, le comité de mobilisation a décidé de laisser une chance au coureur afin de permettre à l’employeur de démontrer sa bonne foi. Ainsi, à la mi-juillet, le comité évaluera l’avancée des négociations et pourrait sérieusement envisager de se prévaloir du mandat de grève que les membres ont adopté plus tôt.

Le syndicat est affilié au Conseil central du Bas-Saint-Laurent -CSN qui regroupe plus de 8 500 membres des secteurs public et privé, répartis au sein de 96 syndicats. Il est aussi affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) qui rassemble plus de 25 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de quelque 320 syndicats et provenant de toutes les régions du Québec.

Publicité


Publicité

Commentez cet article