Publicité
2 février 2020 - 14:11

Ouverture du programme Emploi d’été Canada

Bernard Généreux, député de Montmagny—L’Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, a connu une semaine active à Ottawa depuis la reprise des travaux parlementaires le lundi 27 janvier, et c’est aussi suite à sa question posée au premier ministre, que la population a pu savoir à quel moment le programme Emploi d’été, tant attendu, serait lancé.

Après avoir reçu des dizaines d’appels à ses bureaux de circonscription au sujet du programme Emploi d’été Canada dont l’ouverture a été repoussée par le gouvernement depuis des semaines, le député Bernard Généreux a pris parole à la Chambre des communes le 29 janvier dernier pour dénoncer les délais inacceptables et exiger que le premier ministre lui indique la date à laquelle le programme sera ouvert pour accepter les demandes de PME et d’OBNL de la région.

«Répondant directement à ma question, le premier ministre m’a permis d’informer les demandeurs concernés que le lancement du programme Emploi d’été Canada aura bel et bien lieu le jeudi 30 janvier», s’est réjouit M. Généreux. «Je sais que c’est un programme très important pour les acteurs de nos régions et c’est pour cela que j’ai voulu faire valoir l’importance de le rendre accessible au plus tôt, et déplorer le retard qu’il y avait», termine-t-il.

Les demandes peuvent être effectuées dès maintenant sur le site web https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/services/financement/emplois-ete-canada.html.

RENTRÉE PARLEMENTAIRE

Bernard Généreux a pris la décision d’appuyer la candidature de Peter Mackay à la chefferie du Parti conservateur du Canada, une course où les membres du parti auront à choisir d’ici le 27 juin prochain, la personne qui succèdera à Andrew Scheer. Malgré toute l’attention que retiendra cette course d’ici l’été, Bernard Généreux et son parti n’ont aucune intention de laisser le champ libre au gouvernement libéral de Justin Trudeau.

L’opposition conservatrice a présenté une motion aux Communes demandant au vérificateur général de faire enquête sur le plan «Investir dans le Canada» qui prévoyait l’investissement de plus de 180 milliards $ en infrastructures depuis l’arrivée au pouvoir des libéraux en 2015. Cela vient après que le directeur parlementaire du budget ait critiqué l’incapacité du gouvernement de fournir les chiffres détaillés afin l’évaluer la réussite ou les échecs de l’initiative.

Reflétant la nouvelle réalité d’un gouvernement minoritaire lors des élections du 21 octobre, la motion conservatrice a pu être adoptée avec l’appui des bloquistes et des néodémocrates dans l’après-midi du 29 janvier avec 166 votes, en dépit des 152 députés libéraux qui ont voté contre.

Publicité


Publicité

Commentez cet article