Publicité
26 janvier 2020 - 07:03

Rentrée parlementaire : le Bloc Québécois affiche ses couleurs

À la veille de la véritable rentrée parlementaire à Ottawa, le 27 janvier, et au lendemain de son caucus tenu plus tôt cette semaine à Montréal, le Bloc québécois se montre fidèle à ses principes et aux engagements pris pendant la campagne électorale de l’automne dernier. Le député de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, affirme que sa formation mettra de l’avant nombre de ses propres priorités.

«L’automne dernier, j’ai déclaré que le Bloc québécois, lorsqu’il siégeait en force à Ottawa, a toujours constitué un rempart contre l’effritement de la gestion de l’offre en agriculture. Fort de nos 32 députés, nous présenterons un projet de loi pour que plus jamais, nos producteurs agricoles ne se retrouvent pris en otages dans des négociations d’accords commerciaux internationaux», souligne M. Blanchette-Joncas.

Au terme de son caucus, le chef du Bloc, Yves-François Blanchet, a aussi dévoilé cinq autres projets de loi que le parti déposera à la Chambre des communes. Le Bloc plaidera pour l’instauration d’une déclaration de revenus unique pour les Québécois (revendication unanime de l’Assemblée nationale). Il veut aussi assurer la préséance du Québec en matière d’évaluation et d’autorisation environnementale (et ainsi éviter la résurgence de projets socialement rejetés comme Énergie Est). Il compte obliger Ottawa à se conformer à l’Accord de Paris et en faire une loi fédérale sur les changements climatiques, faire de la connaissance du français une condition pour obtenir la citoyenneté à partir du Québec et soustraire le Québec à la Loi canadienne sur le multiculturalisme.

«Plus encore, le Bloc québécois exige entre autres dans le premier budget du nouveau gouvernement libéral la bonification de la pension de vieillisse, le déblocage de dossiers de logements sociaux qui traînent en longueur, l’accès à 50 semaines de prestations d’assurance-emploi en cas de maladie grave et la garantie que les producteurs agricoles sous gestion de l’offre recevront enfin les compensations qui leurs sont dues à la suite des récents accords commerciaux internationaux », se réjouit le député Blanchette-Joncas.

Il ajoute : «Mon chef a aussi déclaré : “Un enjeu régional est un enjeu national”. Il s’agit d’une autre démonstration de notre détermination à défendre les intérêts autant des régions du Québec que de ses grands centres. Cohérence et pertinence constitueront nos maîtres-mots.»

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article