Publicité
18 novembre 2019 - 15:42

Une plongée au cœur de la vie des insulaires du Saint-Laurent

Toutes les réactions 3

La Société d’histoire et de généalogie de Rivière-du-Loup recevra, le jeudi 28 novembre à 19 h 30 à la Maison de la culture, à titre de conférencier, René Daniel Fraser qui a vécu sur l’île Rouge pendant son enfance.

Il est le fils de Théobald Fraser qui y fut gardien du phare. Il entretiendra l’auditoire de la vie au quotidien à l’aide de ses souvenirs, car il y a séjourné pendant plusieurs années, et des volets plus techniques comme la géologie et les communications en regard de la navigation.

Différents volets seront évoqués : les constructions de l’époque, les moyens de déplacement, les saisons de mise en service, l’approvisionnement, les distractions et le voisinage. Cette plongée au cœur de la vie des insulaires du Saint-Laurent, à proximité de Rivière-du-Loup, nous fera revivre des moments qui n’ont plus cours…

Comme l’actualité nous l’a appris dernièrement, les bâtiments du secteur du phare de l’île Rouge, établi en 1848, seront bientôt des éléments du passé. Ainsi, la résidence pour le gardien et celle de l’assistant, l’abri pour le criard de brume et d’autres constructions au cours du XXe siècle, dont certaines pour remplacer de plus anciennes, disparaîtront. Seul le phare, toujours actif, automatisé et fonctionnant à l’énergie solaire, sera préservé.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • J'ai eu la chance de débarquer sur cet îlot rocailleux une fois en embarcation de plaisance.

    Le phare est construit a partir de pierres venant d'Écosse et qui servaient a lester les navires
    a voile qui traversaient l'atlantique a l'époque.

    Pour les autres bâtiments, ce n'est rien, ce serait comme vouloir conserver la cantine a TiTine
    des choses sommes toutes laides et inutiles...

    Les gardiens de phares sont devenus périmés, comme les allumeurs de lampadaires a une
    autre époque ou pour ce qui est de releveurs de compteurs d'Hydro.

    A quand les robots partout et que j'encaisse leur chèque de paie pour enfin vivre en être humain libre du système capitalisme qui n'est guerre mieux que celui des dictateurs a peine
    différents des autres ?


    Ricardo Ricardini - 2019-11-19 22:32
  • Démolir encore et encore , on dirait que ce mot reviens trop souvent !! Dans pas long il ne restera plus rien à démolir pcq les nouvelles constructions ne dureront pas dans le temps,puisque tellement faibles en comparaison d'autrefois. Toutes ces démolitions sont des lourdes pertes de vitalité collective.

    Lina Saint-Pierre - 2019-11-19 09:54

  • * Les bâtiments

    Pourquoi les démolir ?

    Pourquoi ne pas " les laisser vieillir " ? Ils ne sont dangereux pour qui que çe soit !

    Septuagénaire de Québec - 2019-11-19 09:05