Publicité
7 novembre 2019 - 06:35

Rivière-du-Loup sélectionnée à l’échelle canadienne pour faire partie du projet Villes-Vitrines

La Ville de Rivière-du-Loup fait partie des 25 municipalités canadiennes sélectionnées pour faire partie de la première cohorte du projet Villes-vitrines, une initiative de la Convention mondiale des maires pour le climat et l’énergie (CMMC) au Canada.

Au cours de la prochaine année, la Ville bénéficiera d’un accompagnement intensif pour aider à la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) et à s’adapter aux changements climatiques. Les municipalités sont particulièrement concernées par les changements climatiques, et grâce à ce projet pilote qui offre du soutien technique, de la formation, des occasions exclusives de réseautage et un accès à des outils et des ressources, chacune d’entre elles fera progresser ses objectifs en matière de lutte contre les changements climatiques.

«Les défis que posent l’adaptation aux changements climatiques nous poussent à innover et à trouver des outils qui nous permettront d’augmenter notre résilience. Le projet Villes-vitrines constitue un soutien de premier plan dans l’atteinte de nos objectifs de développement durable, en complète harmonie avec notre plan intégré pour la durabilité de la collectivité S’engager pour un futur stimulant», s’est réjouie la mairesse, Sylvie Vignet.

Cette démarche s’inscrit en ligne droite avec les précédentes initiatives en développement durable de Rivière-du-Loup dans les dernières années, à savoir la construction d’une usine de biométhanisation, le développement d’une offre de transports durables, l’adaptation graduelle de ses infrastructures dans le but d’augmenter sa résilience aux conditions météorologiques extrêmes, ainsi que la mise en œuvre et la participation à des projets de sensibilisation à la lutte contre les changements climatiques et des projets de reboisements importants. La dernière en lice, l’obtention de sa certification Communauté bleue, date de février dernier.

Les municipalités ouvrent la voie aux solutions à faible émission de carbone, qu’il s’agisse d’améliorations de bâtiments ou de parcs de véhicules de transport en commun écologiques. L’initiative combine deux grands programmes nationaux pour le climat, Partenaires dans la protection du climat et Bâtir des collectivités adaptées et résilientes, avec le principal programme mondial sur le climat. D’ici 2030, les villes et administrations locales membres de la CMM pourraient réduire collectivement les émissions de CO2 de 1,3 milliard de tonnes par an, ce qui équivaut au retrait de 276 millions de voitures de la circulation.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article