Publicité
13 octobre 2019 - 06:46

Sécurité des enfants : une priorité pour la SQ

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Vitesse, manœuvres dangereuses, folies en cyclomoteur…les comportements dangereux effectués par des usagers de la route, à proximité des écoles, restent nombreux dans la région. Si la situation tend à s’améliorer, elle n’est pas moins prise au sérieux par les agents de la Sûreté du Québec. 

Le sergent Dave Ouellet confirme que des interventions sont fréquemment effectuées aux abords des zones scolaires. Afin d’assurer la sécurité des nombreux écoliers qui se déplacent à pied, à vélo ou en autobus, les patrouilleurs s’assurent que la signalisation en vigueur est respectée. 

«Nous sommes attentifs au respect des limites de vitesse ainsi qu’aux arrêts obligatoires lorsque les feux rouges intermittents des autobus scolaires sont en fonction, a-t-il confirmé. La situation progresse dans la bonne direction, mais il y a encore du laisser-aller.»

Le policier souligne également la problématique du «syndrome de la porte» serait en hausse. De plus en plus de parents, à l’échelle provinciale, tiennent absolument à déposer leur enfant le plus près de la porte d’entrée de l’école. 

«Pourtant, c’est beaucoup plus sécuritaire de les laisser plus loin où il y a moins de circulation. Des brigadiers sont aussi souvent positionnés à proximité afin d’assurer la sécurité des enfants. Ils font un travail exceptionnel et il faut les respecter. Même chose pour les chauffeurs d’autobus.»

CYCLOMOTEURS

Le comportement de certains conducteurs de cyclomoteurs préoccupe également le sergent Dave Ouellet. Il n’est rare de voir certains d’entre eux circuler en groupe, passer au côté des autobus et rouler sur une seule roue, par exemple.

«C’est un fléau, confirme l’agent de la Sûreté du Québec. Cette année, des billets d’infraction ont été remis et des cyclomoteurs ont été saisis. Il faut que les parents sensibilisent leur enfant et qu’ils leur disent qu’il peut y avoir des conséquences graves à leur comportement. Souvent, les scooters sont même immatriculés au nom des parents, alors ils ont une certaine responsabilité s’il arrive quelque chose.»

AMENDES

Depuis le 1er aout 2019, les amendes sont doublées pour les infractions de vitesse en zone scolaire. Ainsi, un conducteur qui circule à 60 km/h dans une zone de 30 km/h, commet une infraction entraînant l’accumulation de 2 points d’inaptitude et une amende de 210 $ plus les frais et la contribution.

Notons que si un automobiliste dépasse ou croise un autobus scolaire dont les feux rouges intermittents clignotent perdra 9 points d’inaptitude et une amende de 200 $ plus les frais.

DISPARITIONS

Par ailleurs, toujours au sujet de la sécurité des enfants, la Sûreté du Québec invite les parents à visiter le site Web du Réseau Enfants-Retour, une organisation avec qui elle collabore dans les dossiers de disparition. 

Sur le site, dans la section «Ressources», il est possible de trouver des guides, des brochures et des mises en situation permettant de transmettre aux enfants les connaissances et les moyens d’assurer leur sécurité personnelle. C’est aussi à cet endroit qu’il est possible de se munir des fiches d’identification.

Celles-ci, lorsque complétées, sont d’une aide précieuse pour les agents de la paix lors d’une intervention pour disparition. Elles permettent notamment d’accélérer les démarches. Pour davantage d’informations, visitez le https://www.reseauenfantsretour.ong/ressources. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article