Publicité
20 octobre 2019 - 07:32

La baisse démographique se poursuit au Bas-Saint-Laurent

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

L’Institut de la statistique du Québec a publié son édition 2019 du Panorama des régions. Ce portrait montre une place peu enviable pour le Bas-Saint-Laurent qui continue de perdre une partie de sa population alors que la grande majorité des autres régions voient leur situation s’améliorer.

«Entre 2016 et 2018, selon les estimations provisoires, 14 des 17 régions administratives ont vu leur population augmenter. Les plus fortes croissances sont observées à Montréal, dans Lanaudière et dans les Laurentides. À l’inverse, durant cette période, trois régions affichent une diminution de leur population : la diminution est légère en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et au Bas-Saint-Laurent, mais nettement plus marquée dans la région de la Côte-Nord», explique-t-on.

La population du Bas-Saint-Laurent est passée de 201 558 habitants en 2006 à 197 384 personnes en 2018. Au KRTB, seule la MRC de Rivière-du-Loup affiche un bilan positif passant de 33 581 citoyens en 2006 à 34 546 habitants en 2018. La MRC de Témiscouata a été durement touchée par la baisse démographique, de 21 835 à 19 315 personnes au cours de la même période. La MRC des Basques est aussi en diminution de citoyens, de 9 480 à 8 651. Au Kamouraska également, il y a une perte, passant de 22 163 habitants en 2006 à 20 974 l’an dernier.

En 2018 au Bas-Saint-Laurent, une personne sur quatre (25 %) était âgée de 65 ans et plus. Cette proportion atteint même un peu plus de 30 % dans la MRC des Basques. En 2041, on estime que les 65 ans et plus pourraient représenter plus de 33 % de la population dans le Bas-Saint-Laurent. On note 56,6 % de la population bas-laurentienne dans la tranche d’âges 20-64 ans. Quelque 18,4 % des habitants de la région sont dans le groupe 0-19 ans.

À l’échelle de la province, si les tendances récentes se maintiennent, la population du Québec pourrait passer de 8,4 millions d’habitants en 2018 à 9 millions en 2041. Onze des 17 régions administratives continueraient de croitre jusqu’en 2041. Sans surprise, le Bas-Saint-Laurent ferait partie des quatre régions dont la population continuerait de diminuer, avec la Côte-Nord, la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et le Saguenay–Lac-Saint-Jean.

L’emploi a augmenté dans 10 régions administratives entre 2008 et 2018. Les plus fortes hausses sont observées dans les régions de Montréal et de sa périphérie, soit Laval, les Laurentides et Lanaudière. Dans sept autres régions, la plupart éloignées des grands centres urbains, l’emploi n’a pas varié de façon significative au cours de cette période. Au Bas-Saint-Laurent cependant, on note la variation négative la plus marquée avec une diminution de 4,2 % des emplois. Le taux de chômage en 2018 était de 5,4 %.

Le revenu disponible par habitant au Bas-Saint-Laurent était en moyenne de 26 339 $ pour l’année 2017. Au KRTB, Rivière-du-Loup affiche le plus élevé des quatre MRC avec 27 905 $. Les trois autres MRC sont sous la moyenne bas-laurentienne : Kamouraska 25 628 $, Les Basques 25 120 $ et Témiscouata 25 087 $. Ce sont les régions du Nord-du-Québec, de la Mauricie et du Bas-Saint-Laurent qui demeurent en fin de classement, avec des revenus disponibles inférieurs à 26 400 $ par habitant.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article