Publicité
16 octobre 2019 - 06:33

Le ministre de la Famille fait le point sur les places en services de garde dans la région du Bas-Saint-Laurent

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, tient à rassurer les familles du Bas-Saint-Laurent et affirme que tous les moyens sont pris pour améliorer l’accès à des places en services de garde éducatifs pour les tout-petits de la région.

Rappelons que le 20 février dernier, le ministre de la Famille annonçait la mise en œuvre de mesures concrètes pour permettre d’accélérer l’accessibilité aux services de garde éducatifs à l’enfance dans l’ensemble de la province.

D’abord, les moyens nécessaires ont été pris pour accélérer la réalisation de près de 11 000 places subventionnées en installation, octroyées en 2011 et 2013, dans le but de les rendre disponibles le plus rapidement possible. Des mesures ont été déployées pour accélérer la réalisation des places :

Tout demandeur devait prendre l’engagement de réaliser les projets dans un délai maximal de 24 mois et de franchir une étape charnière dans un délai de 6 mois, soit l’analyse d’opportunité. Autrement, les places seront récupérées pour être réallouées à des projets qui seront en mesure de se réaliser dans les délais prescrits. Les règles budgétaires ont été assouplies afin de bonifier le financement octroyé aux projets.

Le ministre de la Famille collabore avec les acteurs du milieu, notamment l’AQCPE, afin de trouver des solutions aux problèmes vécus par les CPE dans la réalisation des places. Il y a 334 places présentement en développement au Bas-Saint-Laurent, dont près de 60 dans les MRC de Rivière-du-Loup et de Kamouraska.

À cela se sont ajoutés, deux appels de projets pour l’ensemble des régions du Québec, un premier de 1691 places dont les projets ont été annoncés en décembre dernier. Le second appel de projets de 2 500 places subventionnées a quant à lui été lancé en février dernier et est destinées en priorité à des poupons, d’une part, et, d’autre part, pour répondre aux besoins des parents-étudiants. Les projets déposés dans le cadre de cet appel de projets sont présentement analysés par les comités consultatifs sur l’offre de services de garde éducatifs à l’enfance.

Le ministère de la Famille a diffusé, en septembre dernier, une mise à jour des cartes du modèle d’estimation de la demande et de l’offre de services de garde éducatifs à l’enfance effectuée en fonction des données actualisées. Cela a permis d’obtenir une évaluation encore plus juste des taux de couverture de la demande de places en services de garde éducatifs à l’enfance sur tout le territoire québécois. Selon ces taux, le territoire de Rivière-du-Loup est en déficit faible (taux de couverture se situant entre 95 % à 90 %) et le territoire du Kamouraska est en équilibre (taux de couverture se situant entre 95 % à 105 %).

Par ailleurs, seulement 59 % des places en services de garde non subventionnés sur le territoire de Rivière-du-Loup, et 54 % de ces places sur le territoire du Kamouraska sont présentement occupées.

«Je suis bien sensible à la situation que vivent les familles du Bas-Saint-Laurent, et c’est pourquoi notre gouvernement est entré en action rapidement pour mettre en œuvre des mesures concrètes menant à plus d’efficacité pour redresser une situation qui durait depuis trop longtemps. Je tiens à rappeler qu’à mon arrivée comme ministre de la Famille, 42 000 enfants étaient en attente d’une place au guichet unique La Place 0-5, et près de 11 000 places déjà octroyées dormaient sur les tablettes. Il n’y avait aucune volonté politique pour développer ces places. Depuis la mise en œuvre des mesures annoncées en février dernier, ce sont plus de 15 000 places subventionnées qui sont maintenant réalisées ou sur le point de l’être. Nous ne ménagerons aucun effort pour assurer à un plus grand nombre d’enfants l’accès à des services de garde de qualité et favorisant le développement de leur plein potentiel. Notre gouvernement démontre sa volonté de répondre aux besoins des parents et de favoriser le développement du réseau des services de garde», a mentionné Mathieu Lacombe, ministre de la Famille.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article