Publicité
3 octobre 2019 - 06:59

Au cœur des travaux de l’Aréna Bertrand-Lepage de Trois-Pistoles

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Les travaux d’installation d’une nouvelle dalle de béton vont bon train au chantier de l’Aréna Bertrand-Lepage de Trois-Pistoles. Les ouvriers s’affairaient le 30 septembre à installer la tuyauterie qui servira à faire circuler le liquide refroidissant (glycol) sous la glace. La livraison du chantier est prévue pour le 29 novembre.

Le contrat a été octroyé le 3 septembre à l’entreprise Construction Béton 4 saisons pour 429 000$. Le cout total du projet s’élève à 541 000$, et sera défrayé entièrement par la Ville de Trois-Pistoles par règlement d’emprunt, sans subvention. Des nouvelles bandes et baies vitrées seront également installées dans l’aréna lors de ces mêmes travaux. «Compte tenu que nous avons pris une décision de manière précipitée pour offrir des services de glace en 2019-2020, nous n’avons pas eu le temps de faire une demande de subvention. Si on avait pris cette décision en juin, on aurait annoncé une année complète d’arrêt des activités à l’aréna pour avoir le temps d’aller chercher des subventions avant de partir en appel d’offres. Là on a une pause de trois mois, tout va être réglé et on va repartir à neuf. On va avoir une infrastructure qui va durer 20 à 30 ans», explique la directrice générale de la Ville de Trois-Pistoles, Pascale Rioux.

La réfection de la dalle de béton est devenue incontournable, alors que d’importantes fuites de glycol ont été constatées il y a un an et demi. La Ville a acheté plus de 60 000$ de ce liquide réfrigérant après avoir fait tous les essais possibles pour colmater la fuite. Rien n’y a fait, mais les élus ont tout de même décidé de permettre aux usagers de terminer la saison, avant d’aller de l’avant avec le projet de réfection de la dalle de béton.

«Ça va de pair avec la volonté des élus de ne pas minimiser l’importance des infrastructures sportives pour le milieu. Il s’agit d’un moyen de rétention pour les jeunes familles, les utilisateurs et les résidents locaux. On y voit un potentiel évènementiel avec le projet d’hôtel et de centre des congrès qui évolue bien. L’aréna devient un moteur pour faire vivre ces infrastructures, amener de l’achalandage ainsi que de l’argent neuf dans les commerces», complète Mme Rioux.

Les municipalités de Saint-Simon et de Notre-Dame-des-Neiges ont demandé un remboursement de leurs quoteparts versées en 2019 pour l’utilisation de l’aréna Bertrand-Lepage, qui est une infrastructure supra-locale reconnue depuis 2017. «C’était basé sur une dépense d’un déficit d’opérations de la Ville de Trois-Pistoles de 275 000$ par année, parce qu’un aréna dans le milieu municipal, c’est déficitaire. C’est vraiment un service aux citoyens qu’on rend.» Chaque municipalité utilisatrice doit donc payer un montant en fonction de la distance, de la fréquentation et de sa richesse foncière. L’entente était fermée pour cinq ans, mais une clause dans celle-ci prévoyait une possibilité de révision pour cause de force majeure ou de problématique. La MRC et la Ville de Trois-Pistoles ont répondu favorablement à cette demande, et une réévaluation des couts et de la facturation sera faite en comité au cours des prochains mois.

«On ne fournit pas le service 12 mois par année, cette année. En 2019, on a septembre, octobre et novembre où on sait qu’on ne fournira pas de services. On a pas l’intention de prolonger, on veut vraiment faire une demi-saison, ouvrir en décembre et poursuivre notre saison jusqu’en avril, comme à l’habitude», précise la directrice générale de la Ville, Pascale Rioux. Pour le calcul des quoteparts, seulement les revenus et les dépenses d’opération sont inclus, toutes les immobilisations ne sont pas comprises. «Le projet de rénovation est complètement dans les immobilisations de la Ville parce que la bâtisse nous appartient», explique Mme Rioux.

L’évaluation des utilisateurs faite en 2017 permettait de constater que des citoyens de toutes les municipalités des Basques utilisaient l’aréna à différentes fins, que ce soit des groupes scolaires, de hockey mineur, junior et sénior, du patinage artistique, etc. Ces derniers ont tous dû trouver des solutions de rechange en attendant la fin des travaux de réaménagement de la dalle de béton.

Des travaux majeurs de réfection de l’Aréna Bertrand-Lepage se sont déroulés en 2010, et ont nécessité des investissements de plus de 6,3 M$. Cette infrastructure a été érigée en 1949.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • On voit " la volonté des élus de ne pas minimiser l’importance des infrastructures sportives pour le milieu" quand on regarde l'état des tennis. Pitoyable...

    Charlyne - 2019-10-03 16:28