Publicité
26 septembre 2019 - 08:17

Co-Éco appuie la journée de mobilisation pour le climat

Co-éco participera à la marche pour la journée de mobilisation pour le climat qui débutera au Cégep de La Pocatière à 15h30 le vendredi 27 septembre. Près d’un quart de million d’étudiants québécois de tous âges seront en grève, ou auront droit à une journée pédagogique, lors de cette journée. 

«Co-éco mène des actions qui contribuent à la réduction des émissions des gaz à effet de serre depuis presque 25 ans maintenant : le compostage évite des tonnes de production de méthane dans les dépotoirs, le recyclage permet de revaloriser des matières et d’en produire de nouvelles avec beaucoup moins d’énergie», a rappelé Solange Morneau, directrice générale par intérim de Co-éco.

Comparativement à l’enfouissement des déchets, on observe une réduction nette des émissions de méthane - un gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2 - même dans des scénarios de compostage de matières organiques sans captage de biogaz. D’autre part, une tonne de papier produit avec des matières recyclées, au lieu d’être produit avec de la fibre de bois, permet d’économiser l’équivalent de l’énergie utilisée en moyenne par une personne pendant une année. Ce n’est qu’un exemple des avantages du recyclage en termes d’économie d’énergie.

«Le type d’actions que Co-éco mène se retrouve partout dans le monde, et tout ça est rendu possible grâce à la participation de millions de citoyens qui s’investissent pour ne plus gaspiller, pour composter et recycler. Ces actions, à elles seules, ne pourront éviter une crise climatique. Il faut aussi se libérer de notre dépendance aux énergies fossiles le plus rapidement possible pour assurer un avenir viable à la multitude d’étudiants qui vont marcher vendredi prochain. Pour cette raison, pour que les efforts individuels de millions de citoyens ne soient pas annulés par une absence d’investissements vigoureux dans les énergies renouvelables, Co-éco appuie officiellement la journée de mobilisation pour le climat», a conclu Mme Morneau.

Publicité


Publicité

Commentez cet article