Publicité
24 septembre 2019 - 12:13

Auberge-Motel Le Séjour : des travaux devront être effectués

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 9

La Ville de Rivière-du-Loup a ordonné, ce lundi 23 septembre lors d’une séance du conseil municipal, que l’entrepreneur Bernard Simard, propriétaire de l’Auberge-Motel Le Séjour, se conforme aux jugements qui ont été rendus par la Cour supérieure et exécute les travaux demandés à l’intérieur de certains logements de l’immeuble du 166, boulevard de l’Hôtel-de-Ville. 

M. Simard et la Ville de Rivière-du-Loup sont en conflit juridique depuis plusieurs années dans ce dossier, puisque certains aménagements réalisés dans des unités de logement de l’Auberge-Motel Le Séjour ne respectent pas, selon l’administration municipale, les règlementations en vigueur. 

«Le conseil prend une décision responsable de faire exécuter les travaux exigés en vertu des jugements rendus dans ce dossier […] Une municipalité a la responsabilité de s’assurer du respect du cadre règlementaire en vigueur par les citoyens qui la compose et ce au bénéfice de l’ensemble de la communauté», a déclaré la mairesse Sylvie Vignet dans un énoncé fait aux citoyens.

En mai 2018, après trois jours d’audience, la juge de la Cour supérieure, Manon Lavoie, avait ordonné à l’homme d’affaires «de procéder à l’élimination des cuisines complètes aménagées» dans 14 unités de logement de l’immeuble visé. Plus récemment, le 10 juillet 2019, un nouveau jugement de la Cour supérieure, cette fois du juge Daniel Beaulieu, est venu préciser le terme «cuisine complète», tout en énumérant les travaux à exécuter. 

Concrètement, le tribunal ordonne l’enlèvement des cuisinières dans les 14 espaces visés, des hottes, des installations électriques permettant de brancher pareilles cuisinières et la réalisation de travaux de plâtrage et de peinture. 

Selon la Ville de Rivière-du-Loup, le statu quo est maintenant impossible. Elle dit ne pas pouvoir passer outre le jugement rendu par la Cour supérieure pour des raisons de sécurité publique.
«Nous ne pouvons pas accepter que la Ville soit tenue responsable de manquements relatifs à la sécurité des citoyens. Il est de notre devoir de nous assurer que personne n’aura à porter de blâme pour avoir fait preuve de laxisme si un événement malheureux était à se produire», a ajouté la mairesse.  

RÉACTION

Mais vraisemblablement, la Ville de Rivière-du-Loup devra faire réaliser ces travaux elle-même. Lors d’une rencontre avec Mme Vignet et des fonctionnaires, à la fin aout, le propriétaire Bernard Simard a mentionné «clairement» son intention de ne pas effectuer les travaux demandés. Cette décision a d’ailleurs été répétée dans une missive envoyée à la mairesse et aux médias, quelques jours plus tard, en date du 2 septembre. 

«Je vous ai mentionné que ni moi, ni mes employés, n’apporteront le moindre support à cet acte gratuit et déplorable qui serait alors réalisé par les seuls exécutants de la Ville», a-t-il écrit, ajoutant qu’il trouvait odieux de vouloir retirer un appareil de base à une clientèle composée de «gens de cœur» avec, bien souvent, de petits revenus. 

Rejoint mardi, l’homme d’affaires a assuré de nouveau ses intentions. «Moi, c’est certain que je ne vais pas les faire […] Enlever les appareils, c’est jouer avec le feu, puisque les locataires vont s’acheter de petits appareils électriques pour compenser», a-t-il souligné.  

Bernard Simard n’a pas non plus caché qu’il comptait faire filmer les travaux lorsque ceux-ci seront effectués et que toute l’opération allait être diffusée sur le Web, entachant selon lui la réputation de la Ville. 

Par ailleurs, il étudie aussi «fortement» la possibilité d’entamer de nouvelles poursuites contre l’administration municipale. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

9 réactionsCommentaire(s)
  • L’isle-Verte ça vous dit quelle que chose?? Quand il aura un incendie avec des blessés ou même des morts ce sera trop tard pour sécurité les lieux

    aL - 2019-09-26 15:12
  • Si vous comprendrez un peu le système de justice cela vous aiderait à comprendrre.Personne même la ville ne peux ignorer un jugement c’est les juges qui font le jugement et il doit être exécuté je pense que vous êtes peut-être pas fait pour le domaine m Simard car il y a plein de contraintes régie du logement ccq ville etc étant dans domaine j’ai du moi aussi me conformer à plein de règles et je le fait sans faire un spectacle médiatique.

    Realiste - 2019-09-25 07:29
  • Un employer m’a fait visiter un logement et il m’a aviser fait attention en ouvrant la porté tu ne trouvera pas cela drôle . On ouvre la porte une vrai sous à cochon .je le dit sincèrement Ce Simard si il était p’us Fier que cela il ferait les travaux et non il pense qu’aux cash et d’en faire plus et aucune attention pour les locataires Maudit gratte cenne j’irai me cacher être à sa place

    Alain Gagnon - 2019-09-24 19:41
  • Il existe des normes et des codes qui sont écrites et respectés dans le but de prévenir les catastrophes que nous avons déjà vu dans le passé. Alors svp, a moins d'avoir déjà ouvert un code du bâtiment, vous pouvez vous retenir de tout commentaire. La Ville fait respecter des normes qui sont applicables dans tout l'Amérique du Nord

    Dany - 2019-09-24 19:03
  • Il y a un jugement de la Cour supérieure dans le dossier. Je ne vois pas qu'est-ce que ça prend de plus pour agir.

    le p'tit peuple - 2019-09-24 19:02
  • Et pourquoi ne pas exiger les mêmes travaux chez de nombreux citoyens du Vieux RDL dont les installations sont aussi problématiques, dangereux?

    John - 2019-09-24 16:06
  • Malheureusement M. Simard, les élus ont toujours raisons. Il faut l’avoir vécu pour vous comprendre. Dans mon cas c’est à St-Antonin
    « municipalité où il fait bon vivre...........dit-ont !!!!! » dans un tout autre dossier. Ils font tout pour sauver leurs faces les champions.....
    Lâchez pas et surtout ; attention à votre santé !

    Honnête payeur de taxesssss

    Dadi Dodu - 2019-09-24 15:54
  • Peut-on savoir pour quels motifs réglementaires ou de sécurité ces équipements doivent être retirés? Dans une guerre de mots où c'est la parole des uns contre la parole des autres, c'est bien utile d'avoir les faits pour bien comprendre.

    Frank - 2019-09-24 15:15
  • C'est bien dommage, que la Ville ne se préoccupe ni de la sécurité des gens, ni de leur confort minimal, mais que son seul souci véritable, est d'avoir l'air d'avoir raison à tout prix. Merci.

    Bernard Simard - 2019-09-24 12:37