Publicité
14 septembre 2019 - 06:32

La tournée ministérielle sur le climat s'arrête au Bas-Saint-Laurent

À Rivière-du-Loup le 10 septembre, les représentants de 18 organismes bas-laurentiens ont rencontré Marie-Eve Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional, Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, ainsi que Denis Tardif, député de Rivière-du-Loup–Témiscouata, dans le cadre de la tournée préalable à l’élaboration du Plan d’électrification et de changements climatiques (PECC) 2020-2030.

À cette occasion, les représentants des organismes sélectionnés ont exposé leurs visions, leurs projets, leurs activités et leurs innovations susceptibles de s’inscrire dans les objectifs du PECC, ou encore de fournir matière à réflexion durant son élaboration.

Au début du processus, le Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent (CREBSL) et la Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette ont été interpelés afin de suggérer au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques des participants pour la visite au Bas-Saint-Laurent, puis de soutenir ces derniers durant la préparation de leur présentation.

Fait à noter, au fil des interventions des participants, on a pu relever la mention répétée de plusieurs dossiers régionaux prioritaires en matière de lutte et d’adaptation aux changements climatiques : transport collectif et électrique, gestion des risques côtiers, développement des énergies renouvelables, optimisation des infrastructures portuaires et écoconstruction axée sur le matériau bois.

Le CREBSL tient à exprimer sa satisfaction de voir le gouvernement reconnaitre l’urgence climatique en la mentionnant désormais explicitement dans ses interventions. Cela dit, à l’instar du regroupement national auquel il appartient, le CREBSL demande au gouvernement de maintenir cette posture ambitieuse et surtout, de la prolonger par des décisions courageuses et équitables pour les régions.

Pour ce faire, il devra adopter des mesures adaptées aux besoins et aux spécificités du Bas-Saint-Laurent – en particulier en adaptation aux changements climatiques, un aspect qui mérite un traitement plus important vu la situation. À cet égard, il peut compter sur des organisations comme les CRE pour l’assister dans ce domaine dans les prochains temps.

De plus, le CREBSL estime essentiel que ce plan soit assorti de sommes suffisantes pour accompagner les communautés appelées à vivre ce processus de changement, ce qui passe par le recours à des ressources compétentes en éducation à l’environnement.

Publicité


Publicité

Commentez cet article