Publicité
14 septembre 2019 - 09:13

Plus de 25 organisations réclament une stratégie nationale en prévention du suicide

Afin de convaincre le gouvernement du Québec de mettre sur pied une stratégie nationale en prévention du suicide, plus de 25 organisations nationales œuvrant en prévention du suicide et en santé mentale, ou ayant ces enjeux à cœur, ont lancé le 9 septembre Le collectif pour une stratégie nationale en prévention du suicide.

Bien qu'il s'agisse de la mesure principale préconisée par l'Organisation mondiale de la Santé pour réduire les suicides, aucune stratégie de ce type n'est en place au Québec depuis 15 ans. Le collectif a rendu public un plaidoyer dans lequel on retrouve son argumentaire.

Par le biais de sa campagne de mobilisation «Pour un Québec plus lumineux», Le collectif invite les Québécois à joindre le mouvement et à appuyer leur demande de mise en place d'une stratégie nationale sur le site collectifpreventionsuicide.com.

«L'engagement de chacun d'entre nous est nécessaire. Pour moins de détresse. Pour moins de deuils. Pour moins de suicide. Récemment, des histoires médiatisées de personnes qui se sont enlevé la vie ont révélé la nécessité d'améliorer notre système et de renforcer la prévention», a souligné Michael Sheehan, coprésident du Collectif, père endeuillé par suicide et homme impliqué depuis des années pour la cause. «Savez-vous que le nombre de suicides comptés chaque jour au Québec est le même qu'il y a 40 ans? Trois familles et milieux perdront une personne importante aujourd'hui, trois autres demain et trois autres après-demain. C'est inacceptable. Nous demandons au gouvernement de se positionner en leader et de mettre sur pied une stratégie nationale».

Le suicide engendre des pertes permanentes et irréparables. Ses couts humains, sociaux et économiques considérables pourraient être fortement réduits avec l'adoption d'une stratégie nationale en ce sens. Les membres du Collectif sont convaincus que c'est ce dont le Québec a besoin de façon pressante pour s'attaquer au problème. On lit dans le plaidoyer qu'ils ont rendu public, qu'après l'implantation de la Stratégie québécoise d'action face au suicide il y a plus de 20 ans, en 1998, les taux de suicide avaient diminué de 4,1 % en moyenne par année pour les hommes, de 2,6 % pour les femmes, et de 9,5 % pour les jeunes.

«Les savoirs nécessaires à la mise sur pied d'une stratégie nationale efficace existent au Québec. Nous avons maintenant besoin de leadership, de mobilisation et d'investissements pour que notre expertise se traduise en actions concrètes. Il appartient au gouvernement du Québec d'exercer ce leadership actif », s'est exprimée Lorraine Deschênes, coprésidente du Collectif, experte en prévention du suicide et endeuillée par suicide. «La force du Collectif que nous lançons réside dans le fait qu'il est composé d'une grande diversité d'acteurs. C'est sans précédent pour le mouvement de la prévention du suicide. Nos élus ne peuvent rester sourds au cri du cœur de tant de groupes, témoins au quotidien de la souffrance humaine», conclut-elle.

Publicité


Publicité

Commentez cet article