Publicité
10 septembre 2019 - 06:56

Relocalisation de la caserne incendie sur la rue Témiscouata : la parole aux citoyens

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 9

Le sort de la future caserne du Service de sécurité incendie de la Ville de Rivière-du-Loup (SSIRDL) est désormais entre les mains de la population. Le terrain retenu pour la construction possible du bâtiment est situé à l’angle des rues des Cheminots et Témiscouata, et le projet nécessite l’approbation d’un règlement de zonage de la part des citoyens avant d'aller de l'avant.

Le 9 septembre, la localisation projetée de la future caserne a été présentée lors d’une assemblée publique de consultation. Les couts de rénovation de l’édifice Rosaire-Gendron, qui abrite présentement le SSIRDL se chiffrent à environ 9,2 M$, soit plus de 3 M$ que ce que la Ville souhaite payer.

«On va voir comment la population va réagir à ça et laisse le processus suivre son cours. Les gens vont réfléchir. Ils peuvent poser leurs questions à n’importe quel moment et appeler au service de l’urbanisme. La prochaine étape est de voir combien il y aura de signatures pour s’opposer au projet. S’il y en a énormément, on va avoir le choix d’aller en référendum ou non», explique la mairesse de la Ville de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet.

La relocalisation de la caserne sur la rue Témiscouata est une solution alternative proposée aux citoyens afin d’éviter les couts de travaux qui devront être réalisés à moyen terme à l’édifice Rosaire-Gendron. L’acquisition du nouveau terrain sur la rue Témiscouata se chiffre à environ 300 000$.

«L’endroit où nous sommes présentement ne permet pas une cohabitation aisée avec les services de la Sûreté du Québec avec les nôtres en raison du manque d’espace flagrant et d’une désuétude du bâtiment», explique le directeur du SSIRDL, Éric Bérubé. Le SSIRDL a réalisé une cartographie des interventions des 10 dernières années et place l’épicentre de toutes les interventions à l’intersection approximative des rues Lafontaine et Sainte-Anne.

Éric Bérubé précise qu’il n’y a pas de solution miracle dans ce dossier. Si la caserne est déplacée d’un côté ou d’une autre de la Ville, nécessairement, le temps d’intervention et de réponse en subira les contrecoups.

 «Je ne veux pas mentir à la population en disant que c’est la meilleure des solutions. On s’éloigne du parc Cartier, du centre commercial, de notre centre de gravité. Cependant, c'est le terrain qui offre le moins de contraintes dans tous ceux que nous avons évalués.» Le SSIRDL a passé au crible une douzaine d’options de terrains disponibles avant d’arrêter son choix sur celui de la rue Témiscouata.

AVIS DES RÉSIDENTS

M. Bérubé indique toutefois que de relocaliser la nouvelle caserne dans le quartier Saint-Ludger permettrait de rapidement atteindre la force de frappe nécessaire du SSIRDL avec sa deuxième équipe de pompiers. Environ 58% d'entre eux résident dans ce quartier ou y travaillent.

Quelques citoyens du secteur de la rue Beaulieu se sont faits entendre lors de l’assemblée publique de consultation, tenue lors de la séance du conseil du 9 septembre. Ils ont entre autres fait valoir leur préoccupations concernant le bruit généré par les camions incendie dans ce développement résidentiel qui est vanté comme quartier familial par la Ville, la dévaluation possible de leurs résidences en raison de la proximité de cet édifice, et le fait que cette nouvelle construction augmenterait la circulation dans les rues avoisinantes.

«On trouvait qu’on visait un secteur qui est déjà industriel et commercial sur la rue Témiscouata, qui est traversée par des véhicules lourds pendant la journée. Il y a des autobus qui font déjà le même bruit que nous, on se disait que ce serait moins dérangeant. Par contre les gens nous mentionnent que pour eux ce sera un désagrément, il faut en tenir compte, c’est évident. D’entrée de jeu, ce n’était pas une objection qu’on voyait venir», ajoute M. Bérubé.

Il précise qu’une zone tampon boisée serait gardée entre la caserne et les résidences de la rue Beaulieu afin de réduire les dérangements causés par le bruit des camions. Pour le moment, aucun plan de la future caserne n’a été présenté à la population, puisque la Ville de Rivière-du-Loup souhaite avant toute chose mesurer l’acceptabilité sociale de ce projet avant d’aller de l’avant.

Un avis public indiquant la marche à suivre pour les citoyens de ce secteur sera publié dans les pages de notre édition du 11 septembre prochain.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

9 réactionsCommentaire(s)
  • Du calme, Attaboy, du calme...

    aL - 2019-09-13 11:36
  • @YvesB Tu fais encore erreur parce queje ne suis ni pompier et ni résident de St-Ludger. J'habite relativement proche du centre ville donc de la caserne. Si je dois me fier à tes cours circuits intellectuels j'en déduis que tes un homme blanc fru pas universitaire fâché des libéraux pas très ouverts à l'immigration et qui trouve que Trump à plus souvent raison que tort. je ne suis pas comme toi alors Jen déduis rien. T'es qu'une crotte sur le web qui pense avoir raison sans avoir réfléchi. Ça se sont les faits. Ce n'est pas blanc bonnet bonnet blanc c'est une pure question de logique. Le gros truck rouge s'arrête pas au lumière et aux stops, ils roulent vite. Le p'tit char reste coincé aux lumières, aux stops et dans le trafic. That's it! Amyot/ste/anne/Lafontaine sont dans le secteur à sens unique pour des pompiers qui sortent tous les jours. C'est plus de 700 appels par année, ben oui je viens de vérifier sur INFO-DIMANCHE. Le chef Bérubé dit que la majorité sont dans St-Ludge... En plus RDL dessert NdP, Cacouna, St-Hubert et L'Isle-Verte... faque près de la voie de contournement et de la 85 c'est pas mauvais non plus. Calko c'est un terrain près de la rivière, on peux tu le développer avec autre chose qu'une caserne ? Idéalement ca prendrait un camion dans le parc cartier ou tout pres. genre de garage. Peut etre en laisser dans les travaux publis sur fraser ? Le spot de la futur caserne est pas ideal mais y en a pas de spot idean faque on paye 9MILLION$ pour la cochonnerie de R-Gendron ? Non. On tient compte de la realite de RDL pis de celle des gars (et fille si y en a) qui combatte les feux. Hey! parait que la terre est plate que le 11 sept c'est une invention des US et que le réchauffement climatique cest une fake news. T'as aussi envie d'argumenter?

    Attaboy - 2019-09-11 08:03
  • Monsieur Attaboy, à vous lire, on comprend bien que vous êtes un pompier qui résidez dans St-Ludger. Par contre, soyez assuré que j'ai bien lu et compris ce que j'ai lu! Quant à vos affirmations en regard des délais et de la distance pour se rendre à la caserne et de la caserne à l'endroit de l'intervention, c'est bonnet blanc - blanc bonnet, que ce soit en gros truck rouge ou en petit char...
    Pour de qui est du site Calko, il me semble qu'il n'y ait pas DES one-way et pas tant de rues étroites que la rue St-Magloire sous le viaduc du CN.

    YvesB - 2019-09-10 21:07
  • André vous oubliez la 85 de plus st ludger est devenu le plus gros cartier et le parc industriel et premier tech est à proximité bon choix je pense.

    Realiste - 2019-09-10 20:41
  • Je réside actuellement à St-Ludger alors se serait pour moi un avantage d'avoir un service incendie à proximité. Cependant, je crois que le 'nerds de la guerre' est en lien avec l'épicentre des interventions. Cela amène à réfléchir à un second problème stratégique de St-Ludger, soit son accessibilité. Le 'lien' unique entre St-Ludger/St-Patrice et St-Francois est à repenser. En cas de congestion, ça multiplie les délais. En urgence, les délais c'est tout.

    André DuPlateaux - 2019-09-10 16:43
  • Ce sera toujours le problème de Rivière-du-Loup: une ville coupée en deux par une rivière et une track de chemin de fer dont l'axe principal pour relier les deux parties est une rue encombrée de terrasses et de parkings, à moitié à sens unique, limitée à 30 kmh et rattachée par des spaghettis à un corridor de charettes à chevaux sous le pont de fer...

    Geographe - 2019-09-10 11:47
  • C'est pas pour avantager les pompiers YvesB ! Prend dont le temps de comprendre ce que tu lis! C'est pour réduire leur temps pour se rendre à la caserne. Y a pas à faire long! Avec le gros truck rouge il peut bruler les rouges, les stops, le trafic se tasse et se rendre au point d'intervention plus rapidement. Dans son char personnel la, le pompier est coincé dans le trafic avant même d'arriver à ta caserne du centre-ville!

    Pour la Calko, ça a été dit et redit, le problème c'est pas le site mais l'accès au site avec des one way et des rues résidentielles et étroites.

    Attaboy - 2019-09-10 09:37
  • Il y a un terrain vacant où l'ancienne usine de Calko au bout de la rue St-Anne qui serait plus centre ville pour la nouvelle caserne de pompiers.

    Pierre Ouellet - 2019-09-10 09:24
  • C'est vrai que ce n'est pas la meilleure solution. Comme mentionné, on s'éloigne du centre de gravité, du Centre Commercial, du Parc Cartier, des secteurs Fraserville et de l'hôtel Universel, etc...
    Pourquoi ne pas privilégier le Domaine Logan? De plus, pourquoi vouloir avantager les employés (pompiers) au détriment des services à la population ? (58% d'entre eux y résident ou y travaillent !)

    YvesB - 2019-09-10 09:21