Publicité
29 août 2019 - 06:59

Deuxième appel d’offres pour réparer le réservoir d’eau potable de L’Isle-Verte

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

L’Isle-Verte se voit contrainte d’aller en appel d’offres afin de réaliser les travaux de réfection de son réservoir d’eau potable d’ici la fin de l’année. L’évaluation des couts se chiffre à environ 500 000$, selon le directeur général de la Municipalité, Guy Bérubé.

L’appel d’offres prendra fin le 4 septembre. Afin de bénéficier d’un montant de la taxe d’accise sur l’essence de 568 000$, les travaux de mise aux normes devront être réalisés au plus tard le 31 décembre 2019. «Il faut retravailler le béton à l’intérieur et à l’extérieur du réservoir, ainsi que différents autres petits travaux qui s’ajoutent», explique M. Bérubé.

L’appel d’offres comprend la réfection du réservoir d’eau potable, sa réparation structurale et la restauration de son étanchéité, de même que la réfection de la conduite d’aqueduc par gainage entre le réservoir et la chambre des vannes. La Municipalité demande aussi la réfection complète de la chambre des vannes existante du réservoir et quelques travaux connexes.

En octobre 2018, la Municipalité de L’Isle-Verte avait décidé de ne retenir aucune des soumissions de l’appel d’offres pour la réfection du réservoir d’eau potable. L’évaluation des travaux soumise par la firme d’ingénieurs Cegertec se chiffrait à 598 905$. Les deux propositions de services des entreprises Parko inc et Construction Béton 4 Saisons qui ont répondu à l’appel d’offres dépassaient les 710 000$.

En 2017, L’Isle-Verte avait l’intention d’inclure dans un seul et même grand projet évalué à plus de 3 M$ la réfection du réservoir d’eau, ainsi que l’aménagement d’un nouveau puits et la mise à niveau de l’usine de pompage d’eau potable. La Municipalité aurait aimé que ce dossier soit réglé en 2019.

Toutefois, l’obtention du certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement pour le creusage du puits a connu des délais administratifs qui l’empêchent de progresser. «Un analyste du ministère est sur le dossier, et nous répondons à ses interrogations afin d’obtenir le certificat d’autorisation», ajoute M. Bérubé. Le conseil municipal a donc décidé d’aller de l’avant avec les travaux qui ne nécessitent pas l’autorisation du ministère afin d’accélérer le processus.

La phase I de la réfection du réseau d’aqueduc de l’Isle-Verte a débuté en 1997, avec l’implantation d’un réseau d’égouts, la réfection de certaines conduites et une station d’épuration des eaux usées. Lors de la phase II, en 2009, les réseaux d’aqueduc et d’égouts ont été prolongés. La mise à niveau des infrastructures d’eau potable à L’Isle-Verte reste dans les cartons depuis 2013.

Publicité


Publicité

Commentez cet article