Publicité
15 août 2019 - 06:57

La créativité en réponse au défi du vieillissement de la population dans les Basques

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

La ministre responsable des Ainés et des Proches aidants, Marguerite Blais a rencontré une dizaine d’organismes de la région le 9 aout pour connaitre la réalité des personnes vulnérables au KRTB. Elle s’est arrêtée à Trois-Pistoles avec le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Denis Tardif, pour y tenir une table ronde dans les locaux du Centre local de développement.

«Dans la région des Basques et même à Rivière-du-Loup, je constate que la population est vieillissante, peut-être dix années de plus que d’autres régions», explique Mme Blais. Elle ajoute que cette réalité n’est pas nécessairement négative, et que les personnes âgées ont un grand apport dans leur milieu par leur implication citoyenne. «Souvent, on pense que c’est un poids pour la société, des personnes âgées. La grande majorité des personnes qui vieillissent vivent à domicile et ces gens-là paient des taxes, des impôts, consomment des biens de culture, de loisirs, font des voyages, s’occupent de leurs petits-enfants. Ce sont des personnes âgées qui font du bénévolat, on en a besoin, c’est un capital humain extrêmement important», ajoute la ministre responsable des Ainés et des proches aidants.

Elle aussi a entendu les demandes des divers organismes communautaires, qui dénoncent un manque de transport adapté pour les personnes plus vulnérables qui ont de la difficulté à se déplacer sur le territoire. Cette réalité les empêche de se rendre dans les centres de jour et de faire des activités pour briser leur isolement social.

FERMETURE DU COUVENT DE TROIS-PISTOLES

La révocation du certificat de conformité de la ressource privée pour ainés Le Couvent de Trois-Pistoles par le CISSS du Bas-Saint-Laurent en juin dernier a également été abordée par la ministre. «À la suite aux recommandations du CISSS, on ne peut pas laisser des personnes âgées qui peuvent être en difficulté, on a la responsabilité de la sécurité des personnes qui sont plus vulnérables. Je crois que ça été important d’agir de cette façon. On ne fait pas ça de gaieté de cœur. Déménager des gens, c’est la dernière alternative. On veut les garder le plus possible, mais on ne peut pas quand ce n’est pas sécuritaire.» Les 34 résidents ont été relocalisés majoritairement dans la MRC des Basques.

Une mobilisation est d’ailleurs en cours, initiée par la Ville de Trois-Pistoles, afin de créer des logements pour les personnes âgées autonomes. «Si la région est vieillissante, elle doit être créative pour être en mesure d’aller chercher des solutions. Ces dernières vont peut-être servir de modèle à d’autres régions. On le ressent énormément dans votre milieu», ajoute Marguerite Blais.

Elle précise que la région obtiendra des places dans les nouvelles Maisons des Ainés évoquées en campagne électorale par la Coalition avenir Québec. Leur nombre sera annoncé à l’automne, et les CISSS régionaux auront la responsabilité de les développer.

PROCHES AIDANTS

L’idée d’obtenir une maison des proches aidants de la Fondation Maison Gilles-Carle a aussi été abordée et du travail a déjà été fait sur le terrain pour en arriver avec une proposition prochainement. «Les proches aidants, ce sont des parents qui ont des enfants lourdement handicapés qui vieillissent, ce qui n’était pas une réalité auparavant (…) Il y a aussi des enfants adolescents qui s’occupent de leurs parents. C’est une autre réalité dont on parle peu. Il y a beaucoup de changements de paradigmes par rapport aux politiques qu’on va déposer et de la façon dont on va travailler. Pour moi, le vieillissement du Québec, ce n’est pas quelque chose qui me fait peur, au contraire. Je trouve que c’est un beau défi. Quand on a des défis dans la vie, c’est ce qui fait qu’on avance et qu’on fait les choses différemment. Je souhaite que le Québec devienne un modèle à travers le monde entier par rapport à sa façon de traiter ses personnes vulnérables», conclut Mme Blais.

Lors de ces rencontres, il a aussi été question des salaires et de la disponibilité des ressources humaines pour les organismes communautaires. Le gouvernement du Québec a commencé à travailler sur la toute première politique d’hébergement et de soins de longue durée dans l’histoire du Québec, une initiative menée par Marguerite Blais. Il développe aussi présentement la politique nationale des proches aidants, l’une des raisons expliquant le retour de Mme Blais en politique.  

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Excellent ,ça bouge.

    Anne - 2019-08-15 22:42