Publicité
28 juillet 2019 - 07:33

En route vers les vacances

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin

Les longues vacances de la construction ont débuté depuis quelques jours et si certains ont déjà quitté pour découvrir un autre coin de pays, d’autres cherchent encore comment laisser derrière le quotidien. La Gaspésie, de la Capitale-Nationale, de la vieille métropole, de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse, des destinations qui ont toujours la cote, mais on oublie que notre région, ce KRTB sis en mer et en haute terre regorge d’attraits à couper le souffle. Je vous présente en vrac quelques-uns de mes coups de cœur.

À tout seigneur tout honneur, le fleuve Saint-Laurent. Ce géant aux grandes eaux renferme de nombreux trésors. Parmi eux, impossible de passer sous silence les Pèlerins, l’ile aux Lièvres, l’ile Verte et l’ile aux Basques.

ILE AUX LIÈVRES

Située beau milieu du Saint-Laurent, à huit kilomètres des deux rives entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon, se dresse l’ile aux Lièvres, la plus grande ile non habitée du fleuve. D’une longueur de 13 km et d’une largeur de 1,6 km, les marcheurs ont accès à plus de 45 km de sentiers de randonnée pédestre aux panoramas variés, passant de la grève à une montagne de 86 mètres d’altitude.

La traversée permet d’observer une faune aussi riche que variée. Béluga, phoque, petits pingouins, guillemots, eiders à duvet et cormoran. Sur l’ile, plusieurs sentiers, dont certains comportent quelques défis, s’offrent aux randonneurs. Paradis insulaire, la visite est un véritable incontournable.

À noter que l’on peut séjourner sur l’ile à la faveur du camping, en chalet ou encore à l’auberge de l’ile du pot à l’Eau-de-vie. Pour plus d’informations : duvetnor.com

ILE VERTE

L’ile Verte est un véritable havre de paix. On y est bercé par les vents, les effluves du varech et des rosiers nous accompagnent le temps d’une courte évasion. Le phare, comme ses insulaires, méritent que l’on s’y attarde. 

Du long de ses 13 km, du Bout d’en haut au Bout d’en bas, l’ile se laisse découvrir à vélo. Aux résidences colorées du côté sud se joignent quelques commerces et petits restaurants, le Centre d’interprétation de l’École Michaud et le Musée du Squelette. Le côté nord n’est pas en reste avec le sentier menant au phare et aux spectaculaires paysage donnant sur Charlevoix.
Sur l’ile, il est possible de louer une chambre dans l’une des nombreuses maisons de tourisme ou gîtes disponibles. On accède à l’ile via le NM Peter-Fraser.

ILE AUX BASQUES

Il se trouve face à Trois-Pistoles et Notre-Dame-des-Neiges un véritable joyau, un bijou, placé hors du temps et bercé par les eaux de ce fleuve majestueux : l’ile aux Basques.

Au-delà d’une histoire de fours remontant au 16e siècle, l’ile est un sanctuaire placé à l’abri du temps traversé par des sentiers étroits où les soucis et tracas n’osent s’aventurer. Non seulement l’ile est-elle protégée, mais le quotidien semble enchainé à quai aux Trois-Pistoles.

Le randonneur empruntera les sentiers David-Alexis Déry, de la Falaise, des Basques, ou encore celui de la Traverse. Chemin faisant, il croisera le lac salé, l’étang, et l’impressionnante héronnière dont les nombreux coassements laissent croire à une forêt hantée de créatures extraordinaires.

Les nuitées dans l’un des trois chalets sont un véritable «must» pour tout amateur de rusticité, ne recherchant pas le luxe d’un hôtel haut de gamme, mais souhaitant prolonger son expérience sur l’ile. Une retraite, simple, où l’isolement de l’homme nous rapproche de cette nature à la fois majestueuse et fragile. 

À noter que vous devez être membre de la Société Provancher pour résider sur l’ile. Des frais de traverse s’appliqueront en plus des frais d’hébergement. Pour plus d’information : provancher.org/ile-aux-basques

RANDONNÉES

Les randonneurs ont l’embarras du choix pour la randonnée. Outre les sentiers de l’ile aux Lièvres, de l’ile aux Basques, impossible de passer sous silence ceux de la SEBKA à Saint-André-de-Kamouraska, du sentier des Cabourons à Saint-Germain, du parc côtier Kiskotuk et du grand sentier National qui relie Trois-Pistoles à Dégelis.

La Société d’écologie de la batture du Kamouraska (SEBKA) regorge d’activité. Camping, randonnées, kayak de mer et escalade sont au menu. Mais ce sont les sentiers de l’amphithéâtre, entre mer et montagne qui retiennent l’attention dont celui de la vue unique sur les cabourons du Kamouraska du haut de la «montagne». Pour une alternative gratuite et tout aussi plaisante, rendez-vous à Saint-Germain pour le sentier des Cabourons qui fait partie du circuit des Monadnocks. Un belvédère ailé à tête d’oiseau de proie offre un panorama sur les battures et les montagnes de Charlevoix.

À (re)découvrir si vous êtes de passage dans les Basques, le belvédère du Porc-Pic et tout ce secteur de Saint-Simon. Vous y trouverez de superbes points de vue le long du sentier panoramique, le tout accessible en vélo ou à pied. La passerelle se trouve à 183 mètres d’altitude, impressionnant.

Le sentier national Bas-Saint-Laurent qui longe entre la rivière Trois-Pistoles est un véritable incontournable pour tout amateur de randonnée. Il s’étend de Trois-Pistoles jusqu’à Dégelis traversant 10 municipalités différentes. Le parcours se divise en 12 tronçons ayant chacun entre 8 et 15 km. Prévoir une veste antimoustique et/ou un chasse-moustique efficace. 

La réserve de Parke, au sud de Saint-Alexandre est l’un de nos joyaux les moins connus. Gratuit, l’endroit vaut le détour, ne serait-ce que pour le temps d’un piquenique. Là encore, n’oubliez pas votre chasse-moustique.

À dix minutes de Rivière-du-Loup se trouve le parc côtier Kiskotuk. Ce véritable bijou vous est d’une richesse inouïe. Camping, chalet rustique, sentiers de randonnées, marais, tout y est. L’observation de la faune et de la flore y sont à l’honneur.

Un peu de Kayak de mer ? Essayez à Trois-Pistoles avec la Coop de Kayak des iles. Un peu de vélo ? Pourquoi pas le petit Témis ou encore le parc national du lac Témiscouata avec une virée à Témiscouata-sur-le-Lac pour l’apéro de fin d’après-midi. Parlant d’apéro, notre région compte sur d’excellentes microbrasseries. Pensons à la nouvelle micro La Baleine Endiablée de Rivière-Ouelle, aux bières brassées sur feu de bois de la Tête d’allumette de Saint-André-de-Kamouraska, aux bières et à la boustifaille du Secret des Dieux à Pohénégamook, de l’ambiance festive à se péter de la broue sur la terrasse urbaine (on vous suggère la nouvelle Collos) aux Fous Brassant à Rivière-du-Loup et de terminer votre périple aux Trois-Pistoles où les histoires pas possibles trouvent écho dans une bière de la microbrasserie Le Caveau.

Mais le KRTB c’est tellement plus. Renseignez-vous auprès des bureaux touristiques, chacune des municipalités regorge de petits trésors qui méritent qu’on les découvre. N’hésitez pas à les souligner dans notre espace commentaire et sur notre page Facebook.

 

Publicité

Commentez cet article