Publicité
30 mai 2019 - 06:59

Le yoga, une solution pour bien gérer son stress en période d’examens

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Avec la période des évaluations de fin d’année et des examens qui bat son plein, les élèves doivent apprendre à composer avec des niveaux de stress plus élevés qu’à la normale. À l’école internationale Saint-François-Xavier de Rivière-du-Loup, on leur donne des outils, dont des ateliers de yoga d’une trentaine de minutes, afin de les aider à mieux passer à travers ces semaines plus exigeantes.

«Les enfants ont beaucoup de stimuli externes, avec les jeux vidéos, les tablettes électroniques, mais ils n’ont rien pour se ramener dans le calme, se concentrer. Avec la respiration, les mouvements, ça les recentre et les amène à l’intérieur d’eux-mêmes», explique la professeure de hatha yoga et de yoga pour enfants, Carole Lavoie.

En début d’année scolaire, tous les élèves de la maternelle à la 6e année sont rencontrés par la psycho-éducatrice Marie-Josée D’Amours, des mois d’octobre à décembre. Elle présente le stress comme étant un élément positif de la performance, au même titre qu’on met de l’essence dans un moteur pour faire fonctionner une voiture. Elle aide les enfants à mieux comprendre d’où vient cet état, les signes précurseurs pour apprendre à le reconnaitre, et les aide à trouver des solutions pour mieux le gérer.

«Notre but est de démystifier et aussi de normaliser le stress, surtout en période d’examens, où il se manifeste notamment par une peur de l’échec. On leur dit qu’ils ont le droit de faire des erreurs et de se tromper, que ce n’est pas grave», explique Mme D’Amours.

Divers outils sont alors fournis aux jeunes, dont des ateliers de yoga, mais aussi des exercices de visualisation et de respiration, qu’ils peuvent utiliser par la suite lors des évaluations. Pour plusieurs enfants, le stress se manifeste par l’apparition de pensées négatives : «je ne suis pas bon, je ne serai pas capable, je suis poche, je ne comprends pas, etc». Les transformer en pensées positives peut faire toute la différence sur leurs résultats scolaires et sur leur niveau de stress, souligne Marie-Josée D’Amours.

«Je leur demande pourquoi ils ont peur maintenant, à la fin de l’année. Ces examens servent à confirmer s’ils ont compris ce qu’ils ont appris au cours de l’année, et à vérifier tout ce qui a été cumulé comme apprentissages. Ce sont des choses qu’ils connaissent déjà et qu’ils ont travaillées (…) Les parents projettent parfois leur stress sur leurs enfants. Ils sont évalués sur les résultats, mais encore plus sur les efforts qu’ils mettent en classe pour réussir et s’améliorer».

Elle utilise notamment le «thermomètre du stress», qui permet de mettre du concret sur ce mot et de le visualiser. Lorsque les enfants sentent que leur état se trouve «dans le rouge», ils doivent appliquer les techniques apprises pour se rendre au jaune, et ensuite demeurer dans le vert. Selon la psychoéducatrice, les changements dans la vie des enfants comme les déménagements, ou la séparation des parents, par exemple, peuvent compter parmi les facteurs susceptibles de faire augmenter leur niveau de stress.

Voici donc quelques petits trucs concrets de Mme D’Amours afin de bien se calmer avant une évaluation :

  • Avant : rester calme, prendre de grandes respirations, faire tensions musculaires, par exemple fermer les poings et les relâcher. Les enfants plus actifs pourraient aussi décider d’aller dépenser leur énergie en courant ou en jouant à l’extérieur pour être plus concentrés par la suite.
  • Pendant : axer son esprit sur les pensées positives, si on ne comprend pas un numéro, on peut passer au prochain qui vaut plus de points. Se dire que ce n’est pas la première fois qu’on passe une évaluation, et qu’on a le droit à l’erreur.
  • Après : ruminer ne sert à rien puisqu’on n’a plus aucun pouvoir sur son travail ou son examen.

Publicité

Commentez cet article