Publicité
10 avril 2019 - 17:44

La ministre McCann confirme la réorientation du projet OPTILAB

La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, a confirmé le mercredi 10 avril que le projet OPTILAB sera réorienté afin de doter le Québec «du meilleur système de laboratoires offrant des services de la plus grande qualité à la population en matière de sécurité, de pertinence et d'efficience».

Selon le gouvernement, OPTILAB 2.0 améliorera la qualité des analyses des laboratoires médicaux et permettra un meilleur contrôle des coûts. Pour les patients, l'accès aux examens et aux tests laboratoire ne changera pas. En effet, les examens urgents de laboratoire et ceux qui ne peuvent pas être transférés pour des raisons médicales seront toujours effectués sur place.

Après analyse du tout nouveau modèle d'organisation, la ministre constate que des améliorations majeures ont été apportées au projet depuis sa version initiale. Cette nouvelle mouture est davantage adaptée aux particularités des régions du Québec et propose qu'un nombre d'analyses beaucoup moins important qu'initialement prévu soit transféré vers des laboratoires centraux.

Les améliorations apportées au projet se caractérisent, d'une part, par une révision des cibles de performance qui sont davantage appuyées sur des données probantes et dans une optique d'efficience. D'autre part, le projet vise un rehaussement majeur du niveau de la qualité des analyses en laboratoire. Ainsi, il a été convenu d'implanter dans tous les laboratoires le programme d'accréditation à la norme ISO 15 189, une norme reconnue mondialement.

Rappelons que ce projet découle d'un rapport publié en 1999 par le Vérificateur général du Québec sur les laboratoires de biologie médicale et qu'il été lancé en septembre 2011 par le gouvernement libéral, autorisé en 2013 par le gouvernement péquiste et poursuivi depuis par tous les ministres de la Santé et des Services sociaux qui se sont succédé.

« Nous avons analysé en profondeur les travaux en cours et les constats formulés à la suite de la première phase du déploiement d'OPTILAB. Les objectifs du projet initial ont été révisés et les particularités régionales ont été mieux prises en compte. Le gouvernement surveillera le déploiement avec beaucoup d'attention pour assurer la qualité, le contrôle des coûts, la gouvernance et la traçabilité des échantillons, et ce, au bénéfice des patients», a souligné Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux

Rappelons qu'OPTILAB est un projet de réorganisation des laboratoires de biologie médicale, regroupés sous forme de grappes, qui vise à offrir des services diagnostiques en réseau selon les meilleures pratiques. Peu importe le lieu de résidence du patient au Québec, ce dernier aura accès aux meilleurs services diagnostiques de laboratoire.
Les laboratoires de biologie médicale ont initialement été regroupés en 11 grappes pour les 34 établissements du Québec. En janvier 2019, le MSSS annonçait la création d'une douzième grappe de laboratoires, soit celle du CHU Sainte-Justine, auparavant regroupée avec le CHUM.  

Des autorisations de conception de projet de construction de laboratoire serveur ont été accordées aux grappes de la Montérégie et de Laval-Lanaudière-Laurentides afin de leur permettre d'offrir les services accessibles, intégrés et de qualité qui s'inscrivent dans la démarche OPTILAB.

Précisons qu'il est crucial que les conditions préalables requises soient atteintes avant tout transfert d'analyses important dans une grappe, ce qui fait en sorte que ces transferts démarreront à des moments différents pour chaque grappe, et ce, uniquement lorsqu'elles auront atteint l'ensemble des conditions préalables de sécurité.

Parmi ces conditions, mentionnons :
un système informatique interopérable, testé et validé;
un système de transport avec traçabilité, testé et validé;
un plan clinique approuvé par le MSSS;
un plan de main-d'œuvre (PMO) approuvé par le MSSS;
un plan de gestion du changement et de communication pour le personnel concerné.
Le MSSS continuera de faire un suivi étroit de l'avancement des travaux dans chacune des grappes afin de s'assurer de la mise en place de ces conditions essentielles.
 

Publicité

Commentez cet article