Publicité
16 mars 2019 - 06:56

Un billet aller simple vers le journalisme international

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le journaliste originaire de Saint-Alexandre-de-Kamouraska, Alexis Boulianne, vivra au cours de la prochaine année une expérience professionnelle et personnelle hors du commun. À la fin du mois de janvier, il s’est procuré un billet aller simple pour Hong Kong, dans le but d’effectuer un périple d’un an qui le mènera de l’Asie à l’Europe.

Il s’envolera le 1er avril accompagné de sa conjointe, Ariane Labrèche, qui est elle aussi journaliste et photographe. Les deux voyageurs voient ce projet comme un saut vers le journalisme de terrain. «C’est vraiment un rêve de journaliste de visiter des dizaines de villes et de pays. Les deux, nous sommes aussi photographes. Ensemble, on est une équipe complète de rédaction et de production», explique Alexis Boulianne.

Ce dernier a travaillé deux ans comme journaliste pour le quotidien Métro à Montréal, et en tant que journaliste-pupitreur à la section des nouvelles internationales. Il souhaite ramener de l’étranger des histoires et de l’information avec une perspective qui se rapporte davantage aux lecteurs du Québec. «Je pense qu’il faudrait qu’il y a plus de journalistes du Québec à l’étranger pour nous apporter des nouvelles internationales. Je ne crois pas que c’est vrai que les Québécois ne sont pas intéressés à l’actualité internationale. Nous n’avons simplement pas les mêmes référents culturels que les journalistes d’agences de presse européennes», ajoute Alexis Boulianne.

Le premier itinéraire d’Alexis et Ariane les mènera sur la route de la soie, qui relie la Chine à la Turquie. Ils se donnent un an pour avoir à la fois le temps de travailler à travers leur voyage, de se faire des contacts et d’aller au bout de cette expérience.

«On veut être plus que des touristes. On publiera des articles avec une tournure plus personnelle sur notre blogue et on fera aussi du journalisme pur et simple. On restera objectif en mettant les faits au premier plan, on fera preuve de rigueur journalistique et on s’assurera de faire de la vérification de faits. Notre crédibilité est importante. On veut garder la confiance des gens en ce qu’on fait et tendre vers l’objectivité», précise Alexis Boulianne.

Lui et Ariane se rendront d’abord dans les pays de l’Asie qui offrent une plus grande liberté de presse, puisqu’ils sont vulnérables en tant que journalistes indépendants. Ils souhaitent visiter la Chine, le Japon, la Corée du Sud et la Mongolie, et ramener ces histoires au Québec. Alexis Boulianne et Ariane Labrèche mettront également sur pied un blogue au cours des prochaines semaines afin de partager leur périple sur le web.

Publicité

Commentez cet article