Publicité
5 mars 2019 - 10:55

Bas-Saint-Laurent : il manque plus de 150 préposées en ressources intermédiaires

Toutes les réactions 1

Plus de 2 500 postes sont à pourvoir dans les ressources intermédiaires d’hébergement (RI) du Québec, notamment des préposées aux bénéficiaires (PAB) selon une récente enquête sur la pénurie de main-d'œuvre menée auprès des gestionnaires de RI. Le Bas-Saint-Laurent est particulièrement touché alors qu’il manque plus de 150 préposés aux bénéficiaires.

Selon cette enquête, à l’heure actuelle, il manque en moyenne trois préposées par résidence au Bas-Saint-Laurent, le 4e plus haut taux de la province. L'Association des ressources intermédiaires d'hébergement du Québec (ARIHQ) a dévoilé les résultats de cette enquête exhaustive, à laquelle ont participé plus du tiers (35%) de tous les gestionnaires de RI au Québec. La conclusion est sans appel: les RI sont touchées par une pénurie de main-d'œuvre sans précédent, laquelle pourrait avoir un impact à très court terme sur les services offerts aux quelque 14 000 résidents du réseau.

Pas moins de 83% des gestionnaires de RI affirment être victimes de la pénurie actuelle. En moyenne, les gestionnaires estiment que 2,68 embauches par RI seraient nécessaires pour combler leurs besoins en personnel.

«Avec des chiffres d’un tel ordre, les services pourraient être affectés», souligne le chercheur Charles Tessier, qui a compilé les données de l’enquête commandée par l’ARIHQ. «Déjà, les RI redoublent d’imagination aux quatre coins du Québec afin de trouver des solutions à la pénurie. Or, des solutions plus globales s’imposent. La situation est alarmante et si rien n’est fait, la crise s’accentuera avec le vieillissement de la population. Il s’agit d’un véritable enjeu de société auquel nous devons trouver des réponses collectivement», ajoute le président du conseil d’administration de l’ARIHQ, Michel Clair.

 L’ARIHQ en appelle à une vaste réflexion de société sur le métier de préposées aux bénéficiaires. Le déploiement d’une campagne nationale de valorisation de leur rôle apparait plus que jamais nécessaire, tout comme l’amélioration des conditions de travail des employés qui choisissent d’œuvrer en RI.

 «De plus en plus de préposées se tournent vers d’autres emplois ou font le choix d’aller travailler en CHSLD, où ils reçoivent un salaire pouvant atteindre 10 $ de plus de l’heure pour un travail équivalent, voire moins exigeant. Il faut absolument valoriser davantage les gens qui prennent soin des plus vulnérables , mentionne la directrice générale de l’ARIHQ, Johanne Pratte.

L’enquête a été menée en décembre 2018 auprès des 681 gestionnaires membres de l’ARIHQ. Un sondage leur demandait de quantifier le nombre d’embauches nécessaires au sein de leurs ressources au cours des six prochains mois. En éliminant les données aberrantes, 243 questionnaires valides ont été récoltés. Les résultats ont été pondérés en fonction du nombre de répondants par région, par taille de RI et par type de résidents, afin d’assurer la fiabilité et la représentativité des résultats.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Je crois que pour avoir des gens qui veulent travailler il faudra payer augmentez les salaires 10 heures /jour soir et fin de semaine Il faut payer ...

    Yolaine Beaulieu - 2019-03-05 17:04