Publicité
20 août 2018 - 09:12

Des millions de dollars pour soutenir la compétitivité de nos entreprises

Le 20 juin dernier, le premier ministre du Québec présentait une démarche pour défendre les emplois des Québécois, les PME du Québec et les agriculteurs qui subissent les répercussions des décisions de l’administration Trump. Un plan totalisant près de 863 millions de dollars a été mis en place pour atténuer les conséquences de cette instabilité économique.

Le plan repose sur quatre axes : donner de l’oxygène aux entreprises par des aides financières directes et un allègement fiscal; soutenir l’investissement pour améliorer la productivité; favoriser la formation des travailleurs; encourager la diversification des marchés.

Plus précisément, le gouvernement agit pour permettre aux entreprises touchées de dégager les liquidités nécessaires afin qu’elles puissent poursuivre leurs opérations, soit : en versant une aide aux entreprises assujetties à des droits; en accordant une réduction immédiate de cotisation au Fonds des services de santé (FSS) pour les PME. Le plan vise également à favoriser les investissements en accordant des aides directes et une offre de financement suffisante, soit : en améliorant la productivité dans le secteur agricole; en bonifiant temporairement le crédit d’impôt à l’investissement (CII); en bonifiant le programme ESSOR pour le manufacturier innovant et le programme PME en action; en favorisant l’accès des entreprises aux marchés publics québécois.

Enfin, le gouvernement agit également en appuyant la formation des travailleurs afin de soutenir l’amélioration de la productivité et le développement de nouveaux marchés ainsi qu’en renforçant les bureaux du Québec dans les autres provinces canadiennes afin de développer les échanges interprovinciaux. Au total, ces mesures permettront de soutenir des investissements de 3,1 milliards de dollars par les entreprises.

«L’économie québécoise est aujourd’hui menacée par les politiques protectionnistes de l’administration Trump et leurs répercussions sur l’économie mondiale. Face à cette situation, notre gouvernement se devait d’agir pour les travailleuses et les travailleurs qui aiment leur travail et qui en ont besoin pour faire vivre leur famille; pour les entrepreneuses et les entrepreneurs qui ont de l’ambition, mais qui hésitent à investir; pour les agriculteurs qui se demandent si ce qu’ils ont passé leur vie à bâtir avec fierté sera encore rentable dans quelques années; pour les jeunes dans nos régions qui se demandent s’ils pourront réellement s’y établir. Nous vivons une situation exceptionnelle qui commandait une réponse exceptionnelle. Nous continuerons de défendre sans retenue les intérêts du Québec chez nous, au Canada et à l’étranger», a commenté Philippe Couillard, premier ministre du Québec.

Publicité

Commentez cet article