Publicité

20 février 2016 - 13:25

DOSSIER - Industrie forestière

Une femme dans un monde d’hommes

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Saint-Juste-du-Lac – Sarah Lebel est directrice générale de l’entreprise Bégin & Bégin à Saint-Juste-du-Lac, secteur Lots-Renversés, et du Groupe NBG à Rivière-Bleue. En plus de relever le défi forestier, elle est une femme dans un monde d’hommes.

Mme Lebel occupe ce poste depuis le 30 juin 2015. Auparavant, elle a obtenu une maitrise en relations industrielles et un diplôme de deuxième cycle en «lean management». Sa voie était toute tracée, elle revient donc chez-elle au Témiscouata pour y bâtir son avenir. Elle a d’abord travaillé sept ans dans le réseau de la santé au niveau de la gestion des ressources humaines. Par la suite, elle occupe la même fonction, cette fois pour l’entreprise forestière Groupe GDS. «Ce fut une belle expérience le secteur public, mais l’environnement privé m’a toujours attiré avec ses enjeux plus palpables», a expliqué cette femme dynamique qui a franchi la quarantaine.

DIRECTRICE GÉNÉRALE

Aujourd’hui, Sarah Lebel est directrice générale de deux entreprises et dirige 115 employés. Bégin & Bégin, dont l’usine est située à Lots-Renversés, emploie 65 personnes. Ses actionnaires sont le Groupement forestier de Témiscouata, le Groupe Savoie et Norampac Cabano. Le Groupe NBG opère l’usine de Rivière-Bleue avec 37 employés. Ses actionnaires sont le Groupement forestier de Témiscouata, le Groupement forestier du Kamouraska et Norampac Cabano. Le siège social des deux entreprises est localisé à Lots-Renversés et compte 10 employés.

«En travaillant avec un groupe d’actionnaires, il faut développer une vision commune», explique Mme Lebel. «Nos défis comme entreprise sont de trouver de nouvelles niches de produits pour obtenir davantage de parts du marché. Puisque nous utilisons du feuillu, il faut aussi assurer notre approvisionnement en matière première», a-t-elle ajouté.

CROIRE EN SA RÉGION

Native de Packington, Sarah Lebel y a installé sa petite famille composée de ses filles de 8 et 12 ans et de son conjoint. «J’ai toujours voulu faire quelque chose pour mon milieu, j’ai d’ailleurs été conseillère municipale. Je crois fortement que l’on peut se distinguer au Témiscouata, par nos produits et notre gestion», souligne-t-elle.

Mme Lebel croit en sa région, mais plus particulièrement en ses habitants : «Vous me dites une femme dans un monde d’hommes; pour moi c’est du capital humain, des hommes ou des femmes. Le milieu me motive et mon défi c’est de la gestion. Je suis une très grande minorité visible dans mon milieu de travail, mais j’ai obtenu un accueil très favorable. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les gens sont très ouverts, ils cherchent la compétence.»

UN CHEF D’ORCHESTRE

La directrice générale a souligné qu’il est dans l’intérêt de tous de faire profiter les autres de ses connaissances. «Tu dois donner une grande importance au travail d’équipe et à l’émergence des talents, il faut aller chercher l’expertise des gens avec qui tu travailles. Le directeur général, c’est un peu comme un chef d’orchestre, il ne peut pas être un expert en tout», a indiqué Sarah Lebel.

«Il y a toujours des enjeux dans le secteur forestier, ils se présentent plus rapidement à cause des marchés internationaux. Nous avons les moyens de confronter tout ça», a conclu Mme Lebel.

SUITE DU DOSSIER :

» Épidémie de tordeuse de bourgeons de l’épinette : inévitable en 2016

» Un réseau forestier en pleine expansion

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article