Publicité
28 septembre 2013 - 14:22

Déclin important du marché des premiers acheteurs

Rivière-du-Loup – L’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec (APCHQ) a dévoilé récemment les résultats de son Enquête sur les caractéristiques des acheteurs de maisons neuves, qui vise à tracer le profil de la clientèle du secteur de la construction résidentielle neuve.

Effectuée auprès de 1 005 acheteurs de partout au Québec dont la maison a été enregistrée en 2012 auprès des différents programmes de garantie de l’APCHQ, cette enquête – dont les résultats sont compilés par la firme Ad hoc recherche – révèle que la proportion des premiers acheteurs est fortement en baisse dans le marché résidentiel, passant de 48 % en 2011 à 41 % en 2012.

L’accession à la propriété est de plus en plus difficile

« Ces résultats démontrent clairement que l’accession à la propriété est de plus en plus difficile pour les jeunes ménages », affirme M. François Bernier, directeur du Service économique et des affaires publiques de l’APCHQ. « Tous les ordres de gouvernement, par leurs politiques, normes, contraintes, procédures et frais coûteux rendent l’habitation de moins en moins abordable, ce qui évince du marché un nombre important de jeunes ménages. »

Ce constat a d’ailleurs incité l’APCHQ à lancer plus tôt ce mois-ci une campagne publicitaire télé sans précédent à travers le Québec pour sensibiliser le public aux effets négatifs de la dégradation de l’abordabilité et, ultimement, inciter le gouvernement à rectifier le tir en matière d’accès à la propriété, d’où le registre d’appui sur le microsite MissionGenerations.ca.

Place aux acheteurs expérimentés

Les acheteurs « expérimentés », déjà propriétaires, représentent 59 % de la clientèle du marché de l’habitation neuve. Plus exigeants, mais plus à l’aise financièrement – avec une mise de fonds moyenne de 84 000 $ –, ils acquièrent principalement des résidences isolées ou d’autres types de propriétés individuelles dans 56 % des cas. 44 % d’entre eux ont choisi la copropriété, le type d’habitation de prédilection pour une majorité (58 %) d’accédants.

La copropriété

Généralement plus économique (235 000 $ en moyenne contre 242 000 $ pour les bungalows et 
327 000 $ pour les cottages), la copropriété est le premier choix résidentiel des personnes seules (72 %), des couples sans enfants (57 %) et des personnes seules sans enfants (55 %). Par contre, elle attire très peu les familles avec enfants (27 %). Pour 63 % des accédants à la propriété, le choix de la copropriété était justifié par le fait qu’elle représentait la meilleure opportunité de devenir propriétaire. Et, bien que la copropriété soit très populaire auprès des accédants pour des raisons économiques, 69 % des premiers acheteurs indiquent qu’ils opteront pour une maison unifamiliale lors d’une prochaine acquisition.

Mises de fonds et prix moyens

Les accédants à la propriété disposent d’un budget modeste et d’une mise de fonds de 28 000 $ en moyenne. Ils acquièrent des propriétés au prix moyen de 225 000 $, un coût légèrement inférieur par rapport à 2011. Cependant, le prix moyen d’acquisition déboursé par les acheteurs expérimentés atteignait 292 000 $ selon le sondage, ce qui représente une  hausse de 3 %.

Pour amasser leur mise de fonds, les premiers acheteurs épargnent longtemps. Leurs économies sont leur principale source de mise de fonds et le Régime d’accession à la propriété (RAP) est requis dans 
58 % des cas, ce qui indique à quel point ce programme est essentiel à l’accession à la propriété. Bien que les règles hypothécaires aient changé au cours de 2012, 41 % des premiers acheteurs ont déclaré avoir choisi une période d’amortissement de 30 ans.

Déplacements et transport en commun

Dans l’ensemble du Québec, 85 % des acheteurs de maisons neuves se rendent au travail en moins de 45 minutes (80 % dans la région de Montréal). En choisissant judicieusement leur lieu de résidence, ils réduisent le temps perdu sur la route entre la maison et le travail, tout en diminuant de façon considérable leur empreinte environnementale. Or, l’une des statistiques les plus éloquentes concerne le taux d’utilisation du transport en commun. En effet, 23 % des acheteurs de maisons neuves utilisent généralement le transport en commun ou un mode de transport autre que l’automobile pour aller travailler. Dans la région de Montréal, c’est le cas de 34 % des nouveaux acheteurs, et à Montréal même, de 57 %. Fait à noter, 39 % des acheteurs habitant autour de Montréal et qui travaillent sur l’île utilisent le transport en commun.

« L’habitation neuve participe très bien au développement durable. Il serait important, pour l’industrie comme pour le gouvernement qui en tire d’importantes retombées fiscales, de porter une grande attention à l’abordabilité du logement, particulièrement pour les jeunes familles qui veulent accéder à la propriété et qui devraient être en mesure d’y parvenir », conclut M. Bernier.

Pour consulter l’Enquête sur les caractéristiques des acheteurs de maisons neuves, visitez le www.apchq.com/presse (dans la section « Espace de téléchargement »).
 

Publicité

Commentez cet article