Publicité
17 janvier 2016 - 14:32

Rappel des règles applicables en matières d’augmentation de loyer

Montréal - Au Québec, la grande majorité des baux sont d'un an, et se terminent habituellement le 30 juin. En ce début de la période de renouvellement des baux, la Régie du logement désire rappeler les règles applicables en matière d'augmentation de loyer pour les logements locatifs. Ces règles sont les mêmes lorsque le propriétaire désire modifier d'autres conditions du bail.

En règle générale, le bail d'un logement se renouvelle automatiquement à son terme pour la même durée, au même loyer, sauf si le propriétaire avise le locataire par écrit qu'il désire augmenter le loyer. Pour les baux d'un an se terminant le 30 juin 2016, cet avis peut être donné entre le 1er janvier et le 31 mars 2016. Ce délai est différent s'il s'agit d'une chambre ou d'un bail d'une autre durée.

À la réception de l'avis du propriétaire, le locataire a trois options :

  • Accepter l'augmentation : aucune réponse n'est nécessaire. Le bail est renouvelé et le locataire paiera le nouveau loyer à partir du 1er juillet 2016.
  • Refuser l'augmentation : le bail est renouvelé pour une autre année. Le locataire n'est pas obligé de quitter le logement, mais le nouveau loyer est à déterminer;
  • Ne pas renouveler le bail : le locataire quitte le logement à la fin du bail.

Dans les deux derniers cas, le locataire a l'obligation d'aviser le propriétaire de sa décision par une réponse écrite dans le mois suivant la réception de l'avis, sinon le bail se renouvellera automatiquement et le locataire devra payer le nouveau loyer à partir du 1er juillet 2016.

Si le locataire refuse l'augmentation, le propriétaire peut, dans le mois de la réception de ce refus, s'adresser à la Régie du logement pour déposer une demande de fixation de loyer.

À défaut par le propriétaire de déposer une telle demande à la Régie, le bail est renouvelé au même loyer et aux mêmes conditions.


IMMEUBLES NEUFS

Il est important de noter que le locataire ne peut refuser l'augmentation de loyer d'un logement situé dans un immeuble de moins de 5 ans ou transformé à des fins locatives résidentielles depuis moins de 5 ans. En cas de refus, le locataire doit quitter le logement à la fin du bail. Toutefois, pour que cette restriction s'applique, le bail d'un tel logement doit en faire mention (section F du bail – Restriction au droit à la fixation de loyer et à la modification du bail).

Des modèles d'avis et de réponse peuvent être obtenus sur le site Web de la Régie du logement au www.rdl.gouv.qc.ca.

Publicité

Commentez cet article