Publicité
28 avril 2016 - 15:08 | Mis à jour : 15:46

Décès sur la route 185 : l’accident causé par une distraction

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Les circonstances menant à l’accident qui a causé le décès d’Idola Madgin, âgé de 75 ans, sur la route 185 près de Saint-Hubert le 25 janvier ont été précisées dans le rapport du coroner Renée Roussel.

La victime a perdu la vie dans un violent accident de type face à face, impliquant sa voiture et un camion semi-remorque. Après analyse biologique, aucune substance toxicologique n’a été détectée dans le corps de la victime. Il n’avait pas non plus tenu de propos suicidaires.

«Les causes de son accident ont plus à voir probablement avec son état de santé physique et tout simplement avec une distraction quelconque. Il est décédé de traumatismes multiples et sévères», est-il possible de lire dans le rapport.

LA ROUTE 185

La coroner Renée Roussel y est également allée d’un commentaire à propos de la route 185, donnant des arguments au comité Urgence 85.

«Les accidents y sont nombreux. L'agent de police de la Sûreté du Québec impliqué dans ce dossier de collision a répertorié pour les seules années 2014 et 2015, pas moins de huit collisions survenues entre les kilomètres 71 et 75 dont une mortelle et deux avec blessés graves. Il est clair qu'il s'agit d'un site ''accidentogène''».

Rappelons que le début des travaux transformant la route 185 en autoroute entre Saint-Louis-du-Ha ! Ha! et Saint-Antonin est prévu en 2017. Si en juillet 2015, le député Jean D'Amour avançait l'année 2021 concernant la fin des travaux, il semblerait que 2025 soit un horizon plus réaliste pour la mise en service complète de ce nouveau tronçon.

Cet accident est survenu au kilomètre 73, à Saint-Hubert, un endroit qui n'a pas encore été touché par les deux premières phases des travaux.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Dans la vision purement froide, comptable et électoraliste de la politique de nos cyniques élus, éviter une poignée de décès ne semble ni prioritaire, ni rentable. On préfère créer 500 emplois dans 1 usine plutôt que 2 emplois dans 1000 usines afin de faire la une des journaux. On préfère aussi les projets qu'on peut livrer à l'intérieur d'un mandat pour avoir sa face à la télé lors de l'inauguration. Est-ce qu'une "saine" gestion des finances passe par la tolérance de décès évitables dans une zone à risque? La question se pose.

    Frank - 2016-04-28 16:41