Publicité
25 octobre 2018 - 15:36 | Mis à jour : 15:48

Échanges et discussions sur l’isolement social à Rivière-du-Loup

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Plus de 80 personnes se sont réunies à l’occasion d’une rencontre régionale du Réseau québécois Villes et Villages en santé (RQVVS), ce jeudi 25 octobre, à la Maison de la culture de Rivière-du-Loup. L’objectif? Discuter du thème de l’isolement social et du mieux vivre-ensemble.  

C’est la troisième fois que Rivière-du-Loup est l’hôte de cette journée régionale. Elle permet des moments privilégiés d’échanges entre les acteurs du milieu communautaire, du réseau de la santé et du monde municipal pour discuter d’enjeux qui ont une incidence sur la santé des citoyens. 

«Il y a un grand appétit du monde municipal d’avoir un réel impact dans nos milieux. C’est un échange qu’on doit avoir entre la population, les élus municipaux et le gouvernement pour qu’on soit capable, ensemble, de toujours améliorer la qualité de vie des gens et de s’assurer qu’on ne laisse personne sur le bord de la route quand on avance comme société», a partagé le directeur général du Réseau, Denis Marion. 

D’horizons différents, les participants à l’activité ont partagé une préoccupation commune quand aux effets de l’isolement sur la santé, le tissu social et le vivre ensemble. La rencontre était aussi l’occasion de réseauter, de dialoguer et de partager des expériences afin qu’ils puissent repartir «outillés et inspirés» dans leur milieu respectif. 

«Ce qui est formidable, c’est que certaines des initiatives qui sont présentées ici se rapportent à d’autres milieux ou municipalités. Parfois, ça ne coute pas grand chose et ça peut changer la vie des gens», a souligné la mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet. Celle-ci est d’ailleurs impliquée auprès du RQVVS depuis plusieurs années. Elle occupe aujourd’hui le rôle de vice-présidente du conseil d’administration. 

Au cours de la journée, les participants ont notamment eu droit à des conférences, à un panel de discussions et à des présentations inspirantes. Par exemple, la Dre Denise Aubé, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive à l’unité dédiée au vieillissement en santé de l’Institut national de santé publique, a rappelé les raisons justifiant de s’intéresser aux enjeux de l’isolement social et elle a présentera succinctement les principaux facteurs qui y sont associés. 

Bien connu à Rivière-du-Loup, Papa Noël Sow a quant à lui livré un témoignage de son parcours atypique et a présenté certaines des initiatives qu’il a mises de l’avant pour rassembler les personnes qui vivent de l’isolement. 

Notons que pendant la période du diner, une vingtaine de projets provenant de partout dans la région ont été présentés de façon interactive. Les participants ont eu à voter pour leur coup de cœur. Les trois plus populaires bénéficieront d’une belle visibilité de la part du Réseau québécois Villes et Villages en santé (RQVVS).         

ISOLEMENT SOCIAL 

L’isolement social réfère à une carence de contacts interpersonnels. Il s’agit d’un paramètre objectif qui peut être mesuré en examinant si une personne vit seule, son statut conjugal, la taille de son réseau social et sa participation à des activités de groupe. 

Au Canada, au moins 15 % des personnes de 65 ans et plus en souffriraient (certaines régions ont un pourcentage beaucoup plus élevé). Les études montrent que les individus qui sont isolés socialement sont à plus haut risque de maladies cardiovasculaires, de maladies infectieuses (comme le rhume), de détérioration des fonctions cognitives, et de mortalité prématurée. La dénutrition, la dépression, la dévalorisation et les troubles anxieux et du sommeil y sont également associés.                      

 

Publicité

Commentez cet article