Publicité
17 décembre 2019 - 13:32

La naissance de Tempête

Par Johannie Dufour et Sarah Beauregard

Au pôle Nord, une grosse tempête fait rage. Dame Nature est si déchaînée que Rudolpha, le renne éducatrice de la garderie animalière, n’a d’autre choix que de garder les enfants pour la nuit. Impossible que leurs parents viennent les chercher! Pour changer les idées de ses amis, effrayés par le vent sifflant à tue-tête et la neige fouettant les fenêtres, Tempête la renarde leur demande :

— Savez-vous pourquoi je m’appelle Tempête?

— Non, répondent-ils, intrigués.

— Quelle bonne idée, Tempête!, s’exclame Rudolpha, qui connaît la réponse. Aimerais-tu que je raconte l’histoire?

La renarde hoche la tête avec enthousiasme. Le renne entame alors son récit :

« Il y a quatre ans, peu avant Noël, Sérénité et Ménestrel, un couple de renards, étaient en route pour l’hôpital : ils attendaient un heureux évènement! Or, ils furent surpris par une violente tempête qui s’abattit soudainement sur le pôle Nord. Les sapins ployaient sous le vent et des tourbillons de neige se soulevaient tant et si bien que le ciel et la terre se confondaient. Peinant à poursuivre leur route, les renards durent se rendre à l’évidence : ils n’arriveraient jamais à atteindre l’hôpital ou à retrouver leur maison par un temps pareil.

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, Ménestrel creusa un trou dans la neige pour les protéger du vent. Malgré la situation, le couple était enchanté, car cela faisait des années qu’il espérait que des renardeaux égayent leur maisonnée. Alors, même si Sérénité ne portait qu’un petit, plutôt qu’une dizaine comme ses cousines lors de leurs grossesses, elle attendait avec impatience la venue de celle qu’elle appelait déjà son miracle de Noël. Elle conserva donc son éternel optimisme, certaine que tout irait bien.

Et c’est ainsi qu’elle donna naissance à la plus mignonne des renardes dans un trou creusé à la hâte au cœur d’une tempête dont on parlerait longtemps. Lorsque celle-ci se calma enfin, Ménestrel fila chercher de l’aide en courant plus vite qu’il ne l’avait jamais fait. Heureusement, à leur arrivée à l’hôpital, Sérénité et la petite étaient en parfaite santé.

— Comment s’appelle cette merveille?, demanda Stéthoscope, le lutin médecin, à la maman épuisée.

— Tempête, déclara-t-elle avec un sourire radieux.

— Oui, opina le nouveau papa, rêveur. Tempête, mon vent d’hiver. »

— Wow, dit Blanche la lapine, c’est une jolie histoire!

— C’est ma préférée, acquiesce Tempête. Mon papa me la raconte souvent pour m’endormir. Il dit que mon nom me va vraiment comme un gant, et ça fait toujours rire ma maman. Je me demande pourquoi.

Rudolpha sourit : elle connaît bien le caractère de sa protégée et a une petite idée sur la question!

— Allez, au lit, dit-elle. Demain, on fera un énorme bonhomme de neige!

— Youpi!!!, s’écrient les enfants. Bonne nuit, Rudolpha.

— Bonne nuit, répond l’éducatrice avant de souffler les bougies. Faites de beaux rêves!

Publicité


Publicité

Commentez cet article