Publicité
8 décembre 2019 - 14:42

Le tour coquin de Malik et Olivia

Par Johannie Dufour et Sarah Beauregard

Le père Noël est de passage à la garderie animalière du pôle Nord pour prendre des nouvelles du renne Rudolpha, l’éducatrice, et des enfants. Tous sont très excités de sa visite, car ils savent qu’il a souvent des histoires palpitantes à raconter et qu’il est toujours heureux de répondre à leurs nombreuses questions :

— Père Noël, les enfants humains, est-ce qu’ils vont à la garderie?, demande Frimas le harfang des neiges.

— Ho! Ho! Ho! Plusieurs y vont, oui, et ils ont eux aussi des éducatrices formidables, répond le père Noël en lançant un clin d’œil à Rudolpha, qui rougit de plaisir.

— Mais père Noël, quand tu fais la tournée des maisons pour distribuer les cadeaux, est-ce que les enfants humains peuvent te voir?, l’interroge Tempête la renarde.

— À cette question, je te répondrais non… et oui! Ho! Ho! Ho! Tiens! J’ai envie de vous raconter une anecdote. Ouvrez grand vos oreilles!

« L’an dernier, je distribuais des cadeaux dans un pays chaud et il ne me restait qu’une maison à visiter, celle de Malik et Olivia. Puisqu’ils avaient été bien sages, j’avais de beaux cadeaux pour eux : un ukulélé pour le garçon et un tambour pour la fillette. Ils allaient sauter de joie!

En arrivant dans le salon, je constatai avec stupéfaction qu’au pied du sapin se trouvaient déjà deux cadeaux! Pourtant, dans mon gros sac rouge, les instruments de musique destinés aux enfants étaient bel et bien là. Les lutins avaient-ils préparé une commande en double? Plus je réfléchissais, moins je comprenais! C’est alors que j’entendis des voix d’enfants :

— Hé ho! Père Noël! Tu as l’air confus, dis donc! Hi! Hi! Hi!

— Allez, père Noël, déballe les deux cadeaux sous le sapin. Ils sont pour toi!

Obéissant à cette consigne lancée sur un ton espiègle, j’ouvris les deux cadeaux. Eh bien, imaginez-vous donc qu’au lieu d’un tambour se trouvait une boîte de biscuits et qu’à la place d’un ukulélé, il y avait un sac de carottes — pour mes rennes, bien sûr! Je n’avais donc pas la berlue : Malik et Olivia m’avaient simplement joué un tour! Ho! Ho! Ho!

Rudolpha et les enfants éclatent de rire.

— Et ils étaient bons, ces biscuits?, demande Mistral, le pingouin gourmand.

— Ho! Ho! Ho! Oh que oui! Ils débordaient de pépites de chocolat!

Après avoir fait un câlin à tous les amis, le père Noël repart vers son atelier. L’éducatrice Rudolpha, de son côté, commence à imaginer un tour qu’elle pourrait jouer à son bon vieux copain à la barbe blanche…

Publicité


Publicité

Commentez cet article