X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

De l’or vert dans le bac brun ?

durée 1 mai 2024 | 14h01
  • Jusqu’à 50% des matières générées par les citoyen(ne)s sont des matières organiques valorisables. En utilisant correctement notre bac brun et son «or vert», nous agissons de multiples façons pour aider l’environnement et notre portefeuille :

    1. Réduction des déchets enfouis : En déposant les matières organiques dans le bac brun, nous diminuons la quantité de déchets envoyés aux sites d’enfouissement.
    2. Réduction des émissions de méthane : Les matières organiques qui se décomposent à ciel ouvert produisent du méthane, un puissant gaz à effet de serre. Le bac brun permet de le récupérer à bon escient.
    3. Production d’amendement de sol : Le digestat issu de la biométhanisation est une matière riche et bénéfique pour l’agriculture.
    4. Production d’énergie renouvelable : La biométhanisation permet de récupérer le méthane pour en faire du biogaz, une source d’énergie renouvelable et utilisable pour le chauffage ou le transport.

    Au KRB, les matières organiques vont à l’usine de biométhanisation

    Le KRB (Kamouraska, Rivière-du-Loup et des Basques) a mis en place un système efficace pour valoriser les matières organiques. Plutôt que de les envoyer à l’enfouissement, elles sont dirigées vers une usine de biométhanisation.

    Pourquoi participer au bac brun ?

    Réduisons les déchets, les émissions de gaz à effet de serre ainsi que notre facture collective pour l’enfouissement des déchets en utilisant notre bac brun.

    Quelles matières sont acceptées ?

    • Ça se mange (ou c’est une partie de quelque chose qui se mange)?
    • C’est en papier ou en carton (propre ou souillé, non ciré)?
    • C’est un résidu de jardin ou de plate-bande (sauf les branches et les feuilles d’automne)?
    Alors ça va au bac brun ! Mais, les nettoyages printaniers du terrain remplis de roches et de branches ne vont pas là du tout!

    Les mythes sur le bac brun

    Démêlons les fausses croyances : chacun(e) peut contribuer au bac brun, même avec de petites quantités. De plus, avec les bonnes pratiques, le bac brun est simple à utiliser et on gère facilement les odeurs et les insectes.

    En bref…

    Nos matières organiques ne sont pas des déchets, mais des ressources précieuses. En les recyclant via le bac brun, nous contribuons à préserver l’environnement et à construire un avenir plus durable pour tous et toutes. Ensemble, faisons la différence !

    Pour plus d’informations, rendez-vous sur https://co-eco.org/bac-brun/ sur le site Internet de Coéco ou téléchargez l’application mobile «Ça va où?» (https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/appmobile-cavaou/).

    Chronique « Les temps changent… pas que le climat! » réalisée par Co-éco, en partenariat avec les MRC de Kamouraska, de Rivière-du-Loup et Les Basques.

     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    17 juin 2024 | 10h54

    L’appartenance au-delà des frontières

    En cette période de la Fête nationale du Québec, nous sommes appelés à réfléchir sur ce qui nous unit en tant que communauté québécoise. C’est un moment pour célébrer nos traditions, et aussi pour reconnaître l’importance de l’inclusion de toutes les voix. Les traditions en évolution Dans notre société québécoise, les traditions jouent un rôle ...

    16 juin 2024 | 9h47

    Huit choix de snacks délicieux pour le bureau

    Dans l'effervescence quotidienne du bureau, s'accorder une pause gourmande est essentiel pour maintenir sa concentration et sa bonne humeur. Ces instants de détente, bien mérités, sont l'occasion idéale pour se régaler avec des snacks à la fois savoureux et réconfortants. Opter pour des collations saines et délicieuses peut transformer ces pauses ...

    12 juin 2024 | 8h00

    Et si on arrêtait de trier ! Qu’est-ce que ça ferait ?

    En 2024, impossible d’imaginer que nous pourrions revenir en arrière en jetant tout à la poubelle, sans faire aucun tri. Preuve en est, 57 % des matières résiduelles générées au Témiscouata ont pu être recyclées ou valorisées car les citoyens et entreprises les avaient bien triées. Et pourtant, selon une étude réalisée au lieu d’enfouissement, ...