Publicité
26 mai 2018 - 14:29 | Mis à jour : 27 mai 2018 - 12:29

Triple disparition à Mont-Carmel : un des trois hommes a perdu la vie

Toutes les réactions 2

Les trois hommes portés disparus dans le secteur du lac de l’Est à Mont-Carmel, le 22 mai, ont été retrouvés après quatre jours de recherches ce matin. Deux d’entre eux ont été transportés vers l'hôpital de Rivière-du-Loup par hélicoptère, dans un état de santé précaire. La Sûreté du Québec a confirmé le décès de Léon Drapeau, âgé de 75 ans, de Mont-Carmel. Ce dernier avait été retrouvé au sol inanimé, à proximité d'un chalet en forêt. 

M. Drapeau, son neveu Pierre Barrière, 57 ans de Montréal, et Ronald Fillion, 78 ans de L’Île-Perrot, ont pu être localisés le 26 mai dans un secteur situé entre Saint-Athanase, au Témiscouata, et le lac de l’Est, non loin de la frontière américaine. C'est un citoyen qui a alerté les services d'urgence lorsqu'il a découvert une personne qui gisait inanimée au sol.

«Un appel a été logé au 911 et l’hélicoptère de la SQ a pu se rendre rapidement dans le secteur», d’indiquer le sergent Claude Doiron du service des communications de la Sûreté du Québec au Bas-Saint-Laurent.

À proximité, deux sauveteurs se sont d’abord rendus dans un chalet, où deux personnes dans une condition physique précaire avaient trouvé refuge. «Les sauveteurs leur ont donné de l’eau et de la nourriture avant de retrouver l’autre personne qui gisait au sol à proximité du chalet», ajoute le sergent Doiron. 

Les deux hommes ont ensuite été héliportés jusqu’au Centre hospitalier régional du Grand-Portage, à Rivière-du-Loup. Une rencontre brève réalisée avec les deux survivants de cette disparition a permis d'en savoir davantage sur ce qui s’est possiblement déroulé. «Les trois hommes se sont enlisés en forêt avec le véhicule. Comme ils étaient incapables de repartir, ils ont décidé de passer la première nuit dans la voiture. Le lendemain, ils sont partis à pied chercher du secours», a raconté M. Doiron.

Dans leur quête de secours, les trois hommes auraient visiblement décidé de se réfugier dans le chalet où ils ont été retrouvés. Leur véhicule a finalement été localisé six kilomètres plus loin. «On remercie la collaboration du public dans ce dossier-là. C’est parce que les gens ont bien répondu à notre demande d’aller arpenter leurs terres à bois et d’aller vérifier leur chalet qu’on a été en mesure de retrouver les trois hommes», conclut-il. On ne craint pas pour la vie de Pierre Barrière et Ronald Filion. La Sûreté du Québec confirme que leur état de santé s'est grandement amélioré depuis leur prise en charge par les secouristes. 

D'après les informations de : Maxime Paradis, Le Placoteux

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Premier signalement, le 22 mai en milieu d'après-midi...

    Qui a pris la décision et pourquoi, n'a pas t-on pas fait appel aux forces armées canadiennes après les 12 premières heures du signalement, pour
    mener des recherches aériennes dans le secteur ?

    Les militaires ont de nombreuses ressources, sont mieux équipés
    mieux formés et super entrainés dans ce type d'opérations, de jour
    de nuit, météo difficile.

    A ce que je sache, les québécois paient toujours des impôts et des
    taxes au Canada !

    Étant donné la proximité de la frontière américaine, les autorités
    militaires et civiles de l'état du Maine avaient-elles été avisées
    de la situation et mises a contribution ??

    Ce n'est pas un mort, mais malheureusement trois qui serait a déplorer
    si les malheureux s'étaient retrouvés du mauvais côté de la frontière.

    5 jours et 4 nuits pour les trouver !

    Si vos proches se retrouvent en pareille situation, EXIGEZ impérativement
    l'intervention des forces armées canadiennes et adressez-vous a la GRC !

    Mes plus sincères condoléances aux familles et aux proches et tout le mérite
    va a ce citoyen qui a sauvé 2 vies.




    Richard Dumont - 2018-05-27 19:33
  • Je voudrais remercier les policiers pour demeurer dans le secteur je peux vous dire qu’il étaient très. Dévoué et je suis fier de notre service policier.malheureusement un homme est décédé très très désolant.

    Kamouraska - 2018-05-26 21:36