Publicité

12 septembre 2022 - 06:59

«Je veux être le représentant des gens de ma région à Québec» -Félix Rioux

Lydia Barnabé-Roy

Par Lydia Barnabé-Roy, Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Du haut de ses 22 ans, rien n’effraie le candidat péquiste dans Rivière-du-Loup-Témiscouata, Félix Rioux. Connaissant les enjeux locaux du bout des doigts, il souhaite, au courant de cette campagne électorale, être à l’écoute, montrer son intégrité et se faire connaitre des citoyens de sa circonscription.

Depuis l’annonce de sa candidature, le jeune homme s’est déplacé sur le territoire afin de rencontrer les acteurs politiques du territoire et les habitants. Bien que son cahier soit bien chargé de dossiers importants, M. Rioux est attentif et prend en note les préoccupations ainsi que les pistes d’amélioration qui lui sont amenées lors de ses rencontres.

«Je le répète, je veux être le représentant des gens de ma région à Québec et non de Québec dans ma région», soutient le candidat du Parti québécois. Tout au long de sa campagne électorale, il veut mettre de l’avant la région et non seulement rapporter les annonces nationales : «Je veux surtout adapter mon discours et même modifier les propositions par rapport aux enjeux régionaux, car c’est complètement différent que ce qui se passe au national». Il salue la liberté que laisse le chef du parti, Paul St-Pierre Plamondon, à ses candidats afin qu’ils puissent prendre des décisions concernant le territoire qu’ils représentent.

Questionné sur le transport en commun, le péquiste a mentionné qu’il en ferait une priorité, puisque cet aspect contribue au développement de la région. Parmi des projets pilotes, un service de transport intercar plus étendu, l’agrandissement des Vas-y bus, davantage d’incitatifs de covoiturage, le candidat espère qu’une de ces solutions contribuera à améliorer le service en région. 

«Au Parti québécois, notre PQI [Plan québécois d’infrastructures], on veut justement en réserver 65 % en transport en commun», indique Félix Rioux. Il a aussi rappelé l’annonce de la Passe-Climat à 365 $ par année pour accéder aux transports en commun de son parti. Bien que plusieurs croient que cette mesure ne s’applique qu’aux grands centres qui détiennent un système d’autobus de ville, il soutient que cette passe pourrait tout autant servir à la circonscription avec les services de traverses présents sur le territoire.

DES DOSSIERS QUI TRAINENT

Par rapport à l’avenir de la traverse Rivière-du-Loup-Saint-Siméon, le jeune candidat du Parti québécois ne penche pas plus du côté de Rivière-du-Loup que de Cacouna. «On sait ce que la traverse peut amener à Rivière-du-Loup, on sait que les acteurs politiques veulent la garder. Elle a montré qu’elle pouvait être viable et amener plein d’atouts économiques pour la région. Par contre, puisque je suis un représentant de toute la population, ça serait un peu irresponsable de ma part de ne pas attendre les études économiques d’une traverse à Cacouna», explique-t-il.

Il abonde dans le même sens concernant le dossier du prolongement de l’autoroute 20 de Trois-Pistoles vers Rimouski. En l’absence d’études récentes environnementales sur la rivière Trois-Pistoles, dont la dernière remonte à 2006, il ne peut se montrer en faveur ou en défaveur. Selon lui, les vieilles études ne reflètent plus la réalité. Il voudrait, aussi, que des études économiques sur les scénarios entre l’amélioration de la route 132 et la continuation de l’autoroute 20 soient réalisées afin d’analyser les conséquences des tracés sur la ville de Trois-Pistoles.

Du côté de la SÉMER, Félix Rioux veut pousser pour que l’usine de biométhanisation obtienne sa subvention pour fabriquer du gaz liquéfié à la place de le brûler. «La SÉMER, je vois ça comme une maison qui est construite et qu’il manque juste à mettre les meubles pour que ce soit fini», image-t-il. Selon le candidat péquiste, il est inconcevable d’épuiser une énergie verte et d’empêcher qu’il y ait est des retombées dans le milieu.

«Il faut que ça se règle, ce sont des dossiers qui trainent de la patte depuis longtemps», confère M. Rioux. S’il venait à être élu, il désire pouvoir enfin les classer et veiller au développement de la région. Il est important pour lui de faire une place aux enfants pour qu’ils grandissent bien, ainsi que de prendre soin des aînés, ceux qui ont aidé à façonner le Québec tel qu’il l’est aujourd’hui.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article