X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Diner-conférence du CDE : «Il faut apprendre à sortir de notre zone de confort» -Isabelle Deschênes

durée 16 février 2024 | 10h10
  • Info Dimanche
    Par Info Dimanche

    [email protected]

    La dentiste et propriétaire de la Clinique dentaire Deschênes, Isabelle Deschênes, était de passage, ce 15 février, au diner-conférence du Centre des dirigeants d’entreprise (CDE) de Rivière-du-Loup. Questionnée par l’animateur, David Falardeau, la professionnelle et femme d’affaires s’est confiée sur son parcours et l’avenir de sa clinique.

    Ce qui l’a attirée en dentisterie, de prime abord, ce sont ses aptitudes pour les sciences et… sa mère. Cette dernière, qui était infirmière, avait conseillé ce métier à sa fille, mentionnant qu’il offrait de bonnes conditions d’emploi.

    Or, un obstacle majeur se dressait déjà devant Isabelle Deschênes : elle avait peur du sang. À la fin de son parcours collégial, elle a été acceptée en médecine dentaire. «Après l’initiation, on rencontre des 4e année et un [étudiant] me dit : "Si ça te tente, tu peux venir m’assister quand je vais faire une greffe". Je ne savais pas ce que c’était. À ce moment j’ai pensé : "Oh mon dieu, dans quoi me suis-je embarquée?"», raconte celle qui pensait naïvement qu’être dentiste consistait seulement à regarder la bouche d’un client afin de voir que tout allait bien.

    Mais elle s’est tout de même lancée dans l’aventure : «Je l’ai fait et c’est tout», confie-t-elle. Elle a foncé, tête baissée, et a affronté sa crainte du sang jusqu’à ce qu’un jour, à force d’y baigner, elle cesse d’en être apeurée.

    Après avoir obtenu son diplôme, Mme Deschênes a débuté sa pratique à Chibougamau. Elle y est restée 12 ans avant de déménager à Rivière-du-Loup en 2006. En aout de la même année, elle se lançait en affaires, après avoir évalué toutes les opportunités qui s’offraient à elle. Avec le virage numérique qui s’opérait dans la profession à ce moment, il était plus logique pour elle de recommencer à neuf et se faire connaitre petit à petit.

    Plus de 15 ans plus tard, la dentiste généraliste, qui a aussi des compétences en orthodontie soutient qu’il est important de sortir de sa zone de confort, de se mettre un peu en danger pour avancer et être plus en confiance.

    Un conseil que sa fille Julie-Pierre risque de suivre, elle qui a décidé de suivre les traces de sa mère. Elle étudie présentement à la Faculté de médecine dentaire à l’Université Laval. La relève, de plus en plus rare chez les entrepreneurs, est donc assurée pour Isabelle Deschênes. 

    Pour en connaitre davantage sur Isabelle Deschênes et sa vision sur l’avenir de sa profession, il suffit d’écouter la baladodiffusion sur Youtube : https://youtu.be/CtxHuGFqzus, ou Spotify : https://open.spotify.com/episode/0sCr4g5JzdejNEqiuqnLen?si=YwRto3GmTMCNo2EP3wf9fg.

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    19 avril 2024 | 13h46

    Alexandre Dalferro invité au dîner-conférence du CDE

    Le neuropsychologue et cofondateur du Cinq 90, Alexandre Dalferro, était invité au dîner-conférence du Centre des dirigeants d’entreprise de la région (CDE) de Rivière-du-Loup qui se déroulait à l’Hôtel Levesque ce 18 avril. La psychologie était bien loin d’être le domaine dans lequel il envisageait faire carrière, lorsqu’est venu le temps pour ...

    19 avril 2024 | 10h54

    Uber Eats s'implante à Témiscouata-sur-le-Lac et à Saint-Louis-du-Ha! Ha!

    Les services d’Uber Eats sont maintenant disponibles à Témiscouata-sur-le-Lac et à Saint-Louis-du-Ha! Ha!Après Rimouski en décembre dernier, le Témiscouata rejoint donc l'offre de services de l'entreprise spécialisée dans livraison de repas à domicile en provenance de restaurants locaux. Actuellement, seul l'établissement de ...

    19 avril 2024 | 6h59

    Baisse importante des postes vacants au Bas-Saint-Laurent

    Le nombre de postes vacants au Bas-Saint-Laurent a connu un recul depuis décembre. Les services d’hébergement, de restauration et de commerces au détail sont les secteurs les plus touchés par cette baisse, d’après l’économiste régional de Services Québec du Bas-Saint-Laurent, Alexandre Gauthier Belzile. On dénombre 2 500 postes vacants au 4e ...