X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

2022-2023

Hausse importante du volume de marchandise transbordé au port de mer de Gros-Cacouna

durée 6 juin 2023 | 06h59
  • François Drouin
    Par François Drouin

    Directeur de l'information, journaliste

    Depuis que le gouvernement fédéral a confié la gestion des ports de Gaspé, Matane, Rimouski et Gros-Cacouna à la Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie (SPBSG), en 2020, le volume de marchandise transbordé au port de mer de Gros-Cacouna est en hausse. Mais l’année 2022-2023 s’inscrit comme une année phare avec une hausse moyenne pondérée de 22 %. C’est l’un des éléments qui sortira du bilan annuel de la Société.

    Le volume de Gros-Cacouna est passé de 142 785 tonnes métriques en 2020-2021 à 145 648 tonnes en 2021-2022 pour atteindre 213 044 tonnes métriques en 2022-2023. La SPBSG attribue cette augmentation par l’accroissement des volumes de certains produits qui transitent par le port de mer.

    Les principaux produits qui transitent par le port sont le sel de déglaçage utilisé par les municipalités de la région et le ministère des Transports pour le réseau routier, le sable et gravier, le bois d’oeuvre et la perlite servant à la fabrication de produits horticoles des entreprises Premier Tech et Berger.

    Le sel, le bois de construction et les copeaux de bois et sciure sont ceux qui ont connu les plus fortes hausses de volume. Le sable, pierre et gravier à l’inverse, ont connu un retrait comparativement aux années 2021-2022 et 2020-2021.

    La présidente-directrice générale de la Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, Anne Dupéré, explique ces bons résultats par l’engagement de la SPBSG sur le terrain.

    «Nous sommes présents ! Le rôle de nos maitres de ports a considérablement évolué. Ils étaient considérés comme des gardiens de quai par Ottawa, littéralement. C’est complètement différent aujourd’hui, ils sont en premières lignes et impliqués. En étant présents dans le milieu, nous sommes à même de réfléchir quant aux impacts des projets, non seulement sur le port, mais dans l’écosystème économique de la région.»

    INVESTISSEMENTS

    Depuis le 30 mars 2020, la SPBSG a réalisé des investissements de près de 4M$. On dénombre l’aménagement d’un espace d’entreposage de vrac (809 027 $), le dragage d’entretien du havre (1,95 M$), l’étude de l’état des quais (148 218 $), l’installation d’un système de caméra de surveillance (107 043), la mise à niveau de l’éclairage (712 890 $) ainsi que l’étude d’impact décennal de dragage 233 606 $) qui est actuellement en cours. Le total des investissements est de 3 956 906 $.

    Rappelons que le site d’entreposage de vrac a été aménagé pour les besoins du Groupe Lebel. L’entreprise a investi plus de 40 M$ dans son usine de Cacouna pour la fabrication de granules de bois et près de 6 M$ aux installations portuaires pour entreposer sa production et faciliter son transport par navire. Le biocombustible servira à la conversion des installations thermiques au charbon en Europe. Le premier navire est prévu en septembre 2023.

    Elle rappelle aussi que les impacts positifs se transposent aussi sur l’entreprise. «La force du port de Gros-Cacouna c’est de pouvoir accueillir du vrac. Avec la construction des deux dômes, il y aura un impact sur le chargement des granules et sur le tonnage transbordé, mais c’est plus large que le port comme impact.

    À long terme, la PDG voit d’un très bon œil le développement de la filière éolienne en lien avec les projets de parcs éoliens Madawaska, Forêt Domaniale et Pohénégamook – Picard – Saint-Antonin de l’Alliance de l’énergie de l’Est. «Considérant l’espace qu’il y a à Cacouna pour le transport des pièces, dont les pâles, je vois du potentiel là. Du côté du vrac aussi.»

    Évidemment, la décision de la Société des traversiers du Québec de déménager ou non le service de traversier qui effectue actuellement la navette entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon aura aussi un impact majeur sur le développement du port.

    «Nous ce qu’on a dit c’est qu’il y aura une cohabitation à considérer. Nous avons émis une mise en garde, nous ne sommes ni pour, ni contre, mais il ne faut pas ça vienne diminuer le trafic portuaire. Il y a aussi la situation des bélugas. Le trafic lié à la traverse ne doit pas venir diminuer l’activité du port.»

    PREMIÈRE NATION WOLASTOQIYIK WAHSIPEKUK

    La SPBSG partage le territoire avec la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk (PNWW) qui occupe une partie de la zone à l’est du port et la montagne. La Nation a débuté à l’automne 2022, la construction d’un centre d’interprétation des mammifères marins, lequel sera complété d’ici la fin du mois de septembre.

    «Ce projet aura des retombées touristiques importantes pour la nation et la région et c’est très intéressant. Ça n’amène pas de tonnage, mais ça apporte autre chose et ça dynamise le secteur.»

    ACTEUR ÉCONOMIQUE

    Pour Anne Dupéré, il est hors de question que la Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie n’endosse pas pleinement les responsabilités qui incombent à une telle infrastructure portuaire. «Avec des projets, nous contribuons à du positif dans la collectivité. Nous contribuons à un écosystème socioéconomique. Nous souhaitons être proches du milieu et être en lien avec la collectivité, avec les intervenants économiques, les municipalités, et aussi avec la population.»

    Dès sa candidature en 2020, Anne Dupéré avait été transparente, la SPBSG devait voir au-delà de l’infrastructure. Les résultats lui donnent raison.

     

     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    12 avril 2024 | 12h04

    Les finalistes du 48e Gala des Prestiges sont dévoilés

    La Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup (CCMRCRDL) a dévoilé le 11 avril les entreprises et organismes finalistes de son 48e Gala des Prestiges, au Musée du Bas-Saint-Laurent. La présidente-directrice générale de la CCMRCRDL, Claudette Migneault, souligne que ces prix visent à reconnaître l’audace, la vision, la détermination et la ...

    9 avril 2024 | 14h14

    Les entreprises brillent au Témiscouata pour la 26e édition du Défi OSEntreprendre

    Les lauréats locaux du 26e Défi OSEntreprendre de la MRC deTémiscouata sont maintenant connus. Les maraîchers de la Madawaska et le Domaine Carte Blanche représenteront donc la MRC lors du gala régional qui aura le lieu le 1er mai à Matane. Dans le volet Création d’entreprise, pour la catégorie «Exploitation, transformation, production», c'est ...

    8 avril 2024 | 13h01

    Les lauréats du 26e Défi OSEntreprendre MRC de Kamouraska sont maintenant connus

    Le 26e Gala local du Défi OSEntreprendre MRC de Kamouraska se tenait le mardi 2 avril où cinq lauréats locaux ont été honorés. Ils poursuivront leur parcours à l’échelon suivant, dont les lauréats seront annoncés au gala régional le 1er mai 2024 à Matane. La détermination et la passion des entrepreneurs pour leur domaine d’activité ont été ...