X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

L’automatisation au cœur des discussions du Rendez-vous affaires 2022

durée 14 octobre 2022 | 13h52
  • Info Dimanche
    Par Info Dimanche

    [email protected]

    Sujet de l’heure lorsqu’il est question d’entreprises et de pénurie de main-d’œuvre, l’automatisation a été l’objet d’une conférence au Rendez-vous affaires 2022. Solutions Novika a présenté les dernières tendances à ce sujet.

    Collaboration spéciale: Stéphanie Gendron

    Le Centre collégial de transfert de technologie situé à La Pocatière observe de près l’évolution de l’automatisation, depuis sa création en 1983. « On n’automatise plus seulement la production, mais toute la chaîne de valeur. Il faut regarder plus large qu’avant, soit de la commande jusqu’à la livraison. On peut automatiser l’inspection des pièces à l’entrée, à la sortie, surveiller pendant le procédé. On peut même automatiser la maintenance », résumait Lorraine Blais.

    On a pu rappeler et vulgariser les principaux avantages à automatiser. Le premier concerne évidemment la pénurie de main-d’œuvre. Si les robots ne remplacent pas les humains, ils effectuent bien le travail et allègent physiquement les tâches des travailleurs, évitant des blessures. Aussi on peut contrer les pertes relatives au mouvement des travailleurs, car le robot est constant dans sa qualité et n’a pas à être formé.

    Patrice Tanguay de Solutions Novika soulignait toutefois que les États-Unis étaient deux fois plus avancés que nous en matière d’automatisation et les Allemands trois fois plus avancés.

    « Le robot n’a pas de courbe d’apprentissage, il offre toujours la même qualité. Il ne prend pas de pause, il peut travailler 24 h sur 24. Aussi, la main-d’œuvre coûte plus cher qu’avant et les robots coûtent moins cher. Ils se rentabilisent beaucoup plus rapidement qu’autrefois », ajoutait Lorraine Blais.

    GRANDES TENDANCES

    Au niveau des dernières tendances, Patrice Tanguay a donné quelques exemples pertinents du recours à l’automatisation à commencer par la connexion de nos équipements à Internet, comme une imprimante qui peut ainsi elle-même commander sa cartouche d’encre lorsqu’elle en a besoin. On citait aussi l’intelligence artificielle qui permet de faire de la maintenance « prédictive » plutôt que « préventive ». « On va instrumenter la machine pour qu’elle avertisse que dans deux semaines, elle va briser. Ça évite d’avoir des pièces de rechange à ne plus finir. La machine peut même commander elle-même sa pièce », expliquait Patrice Tanguay.

    Il a aussi rappelé que la robotique évoluait rapidement et que le robot collaboratif – qui travaille avec des humains – avait plusieurs avantages si bien utilisés. Il permet de diminuer les tâches répétitives qui peuvent causer des blessures ou de gagner du temps lorsque l’on recherche une pièce en particulier.

    commentairesCommentaires

    0

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    3 décembre 2022 | 6h05

    Parcourir la province pour dénicher de nouveaux talents

    Du 16 au 30 novembre, l’entreprise Premier Tech basée à Rivière-du-Loup a fait le tour du Québec dans le cadre de la troisième édition de sa Tournée d’embauche. Partout dans la province, les recruteurs ont rencontré plus de 150 personnes à fort potentiel pour se joindre à l’équipe toujours grandissante de la compagnie. «On a eu de beaux échanges, ...

    2 décembre 2022 | 6h00

    Près d’un demi-million versé en 15 ans par le Fonds Jeunesse Témiscouata

    Le Carrefour jeunesse-emploi de Témiscouata a présenté, mercredi dernier, la 26e remise des bourses du Fonds Jeunesse Témiscouata. L’initiative créée en 2007 a permis d’offrir 1132 bourses totalisant une somme de 446 475 $ à des jeunes ayant choisi d’effectuer un stage de formation, ou de venir s’établir et travailler ou démarrer une entreprise au ...

    30 novembre 2022 | 7h02

    Le Groupe Lebel en attente dans deux projets majeurs

    Le Groupe Lebel attend toujours des 
nouvelles à la suite de sa demande faite 
il y a un an au bureau régional du 
ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques à Rimouski pour son projet de 40 M $ à l’usine de Saint-Michel-du-Squatec.  «Quand j’ai rencontré Amélie Dionne, elle m’a fait ...