Publicité

22 juillet 2022 - 11:28 | Mis à jour : 13:35

Visite du ministre Jean Boulet dans Rivière-du-Loup-Témiscouata 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, est de passage dans les régions de Rivière-du-Loup et du Témiscouata ces jours-ci afin de rencontrer différents intervenants du milieu du travail et de visiter quelques entreprises. Une nouvelle visite de consultation durant laquelle il souhaite être à l’écoute des questionnements, des inquiétudes et des solutions des entrepreneurs d’ici au sujet des problèmes de main-d’œuvre.  

Chaque été, le ministre Boulet et les membres de son équipe visitent différentes régions de la province pour parler de leur réalité en lien avec la rareté de la main-d’œuvre, une problématique qui a été au cœur du dernier mandat. En 2019, le ministre avait rencontré différents acteurs économiques. Une annonce pour la formation avait aussi été réalisée en juin 2020 chez Premier Tech. 

Au KRTB, comme ailleurs, le manque de travailleurs est une réalité pour nombreuses entreprises, quel que soit leur domaine d’activités. La région subit les contrecoups du vieillissement de la population et d’une présence moins importante de travailleurs étrangers temporaires qu’ailleurs au Québec. 

«Il faut donc agir sur plusieurs fronts et additionner les solutions, soutient-il. Depuis le début de notre mandat, on travaille à intégrer les clientèles plus éloignées (jeunes, ainés, personnes handicapées, bénéficiaires de l’aide sociale, personnes immigrantes, etc.), on mise sur la formation et la requalification, sur l’amélioration de la productivité (automatisation, robotisation) et sur l’immigration. Toutes nos mesures, nos programmes, s’articulent autour de ces quatre piliers.»

Il explique que les visites visent à écouter les préoccupations et informer les intervenants des mesures et des programmes accessibles à travers le gouvernement. 

«Je suis convaincu que les meilleurs députés sont ceux qui écoutent, qui rencontrent et qui s’inspirent des gens qui vivent les difficultés sur le terrain. C’est important de rester proches», a mentionné Jean Boulet. 

Il estime aussi que les acteurs locaux font partie de la solution et qu’il ne revient pas toujours à Québec de «constamment combler le déséquilibre entre l’offre et la demande». «Il doit y avoir une concertation, les locaux doivent s’impliquer et ce que je remarque, c’est que c’est le cas ici avec des entreprises comme duBreton et Lepage Millwork. Elles se prennent en main et travaillent avec le milieu.»

RIVIÈRE-DU-LOUP 

Vers 17 h, jeudi, une rencontre avec plusieurs membres de la Chambre de commerce de la MRC de Kamouraska-Rivière-du-Loup a eu lieu à Rivière-du-Loup. Une réunion d’un peu plus d’une heure durant laquelle des représentants de différents secteurs ont présenté leurs enjeux, défis et intentions. 

«On a parlé des particularités régionales, abordé les questions de la main-d’œuvre, des logements abordables, des besoins de places en garderie, de la revitalisation de certaines professions et du volet des travailleurs étrangers. Ce sont des thèmes qui nous sont précieux», a déclaré Claudette Migneault, présidente et directrice générale de la Chambre de commerce. 

«Nous avons apprécié la présence [du ministre Boulet], mais surtout le fait que nous étions tous en mode solution et je pense que ça démontre bien notre dynamisme entrepreneurial.»

Parmi les sujets abordés, les représentants de la Chambre ont aussi fait savoir au ministre que les services gouvernementaux doivent être davantage mis en valeur auprès des entrepreneurs, «nonobstant le travail exceptionnel de l’équipe du CLD». «On a voulu aussi faire comprendre qu’il  faut souvent plusieurs mains et plusieurs bras à la fois pour effectuer les démarches reliées aux services et programmes. Ce n’est pas toujours évident pour les PME.»

La candidate pour la Coalition Avenir Québec dans Rivière-du-Loup-Témiscouata en vue des prochaines élections, Amélie Dionne, était aussi présente. «Ça vient rejoindre le travail terrain que je fais depuis déjà plusieurs semaines. La main-d’œuvre, c’est un enjeu qui est majeur et très important dans la région. Je crois que cette visite prouve d’ailleurs toute l’écoute que le gouvernement a envers nos entrepreneurs», a-t-elle partagé.  

«On adresse les problématiques, mais les gens sont dynamiques, ils ont des pistes de solution à présenter, j’en ai moi-même également, alors les rencontres comme celles-ci sont très intéressantes», a-t-elle ajouté, estimant elle aussi que la consultation permettra de résoudre le problème sur le long terme. 

«On a des problématiques croisées […] Pour moi, dix têtes valent toujours mieux qu’une. Il faut créer des relations, favoriser des maillages entre les acteurs locaux et avec le gouvernement […] Mettre en place des comités consultatifs temporaires pour adresser certains enjeux, ça fera d’ailleurs partie de mes engagements si je suis élue le 3 octobre.»

TÉMISCOUATA 

C’est dans le région du Témiscouata que le ministre Jean Boulet passe la journée du 22 juillet. À l’horaire : une rencontre là aussi avec les membres de la Chambre de commerce, ainsi qu’une visite des entreprises Groupe Lebel et Tremtech.

Plus de détails suivront… 
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article