X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Démolition du 35, St-Louis : le projet Medway retient l’attention 

durée 23 juin 2022 | 10h04
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    Le comité de démolition de la Ville de Rivière-du-Loup tenait mercredi soir une audience publique concernant la demande de démolition de l’édifice commercial du 35, rue Saint-Louis. Une soirée lors de laquelle les commentaires ont rapidement quitté la question de la démolition elle-même pour celle du mégaprojet que le propriétaire, Groupe Medway, souhaite concrétiser sur le terrain laissé vacant.   

    Près de quarante citoyens interpellés par l’éventuelle construction du promoteur de la Capitale-Nationale, ou encore par l’avenir du centre-ville de Rivière-du-Loup, se sont présentés à ce rendez-vous dont l’objectif premier était de transmettre aux membres du comité les avis et commentaires concernant la démolition du bâtiment qui abrite actuellement Poitras Meubles et Design.

    Mais évidemment, le projet Medway y est intimement lié et la grande majorité des intervenants ont commenté le projet à venir en lui-même. En début de soirée, le consultant en développement urbain pour l’entreprise, Robert Cooke, a mis la table en présentant les ambitions du promoteur. Il a insisté sur la création d’une synergie entre les services, les commerces et le résidentiel au centre-ville, sur les nombreuses études réalisées en amont et sur les pourparlers qui pourraient permettre à la Ville de mettre la main sur environ 50 % du terrain du 35, St-Louis, notamment la partie boisée près de la rivière.  

    CRAINTES ET INQUIÉTUDES

    Reste que les inquiétudes demeurent nombreuses concernant la venue de Medway. Celles concernant la hauteur de l’édifice, son impact visuel à Rivière-du-Loup, la création d’un îlot de chaleur, les impacts environnementaux sur la bande riveraine et la rivière, ainsi que les problèmes de circulation, ont été ramenées à l’avant-plan. «C’est trop gros, trop vite», ont mentionné plusieurs des citoyens qui se sont levés au micro.  

    Dans son intervention, une citoyenne a aussi soutenu que de donner le feu vert à cette construction de 9 étages créerait un dangereux précédent à Rivière-du-Loup. «Combien d’édifices de neuf étages existent-ils à Rivière-du-Loup? Combien au centre-ville? […] Pourquoi aussi gros? Pourquoi aller si vite pour changer complètement l’image du centre-ville?», s’est-elle questionnée. 

    Plusieurs intervenants estiment également que la Ville devrait contribuer à revitaliser le vieux Rivière-du-Loup en le protégeant et non en le détruisant. Ils ont aussi été nombreux à demander que le processus de démolition soit suspendu afin qu’une meilleure consultation – plus exhaustive – soit réalisée sur ce projet dans son ensemble. 

    EN FAVEUR

    À l’inverse, de nombreuses personnes du milieu des affaires et du secteur touristique, ainsi que des résidents, n’ont pas hésité à donner publiquement leur appui à la démolition et au projet lui-même. Leur argumentaire s’est appuyé essentiellement sur la densification, la dynamisation du centre-ville et les besoins de logements locaux. 

    «Le centre-ville, c'est le cœur d’une ville. S’il va bien, la ville va bien aller», a déclaré le président d’Espace Centre-Ville et homme d’affaires, Pascal Gagnon. Ce dernier était assis près de représentants de Tourisme Rivière-du-Loup et de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup. 

    «Je vois [ce projet] d’un très bon œil. Les projets ne sont pas toujours parfaits, mais ces promoteurs-là sont prêts à travailler avec les citoyens et la ville. La pérennité d’un centre-ville, c’est très important. Ce projet-là m’assure, tout comme d’autres commerçants, de voir à long terme. Ce n’est pas une tour à bureaux, ce sont des résidents qui viennent se greffer à Rivière-du-Loup», a-t-il ajouté, convaincu qu’une meilleure offre locative permettra une meilleure accessibilité. 

    NOUVEAUX ÉLÉMENTS

    Soulignons que c’est la première fois que le Groupe Medway ouvre la porte publiquement à une entente qui permettrait à la Ville de Rivière-du-Loup de conserver l’espace boisé derrière le projet envisagé (sur le 2e plateau). Selon Robert Cooke, cette portion représenterait environ 50 % de la superficie totale du terrain. 

    M. Cooke a également mis l’emphase sur la volonté de Medway de limiter au maximum les impacts des travaux sur la circulation. Différentes avenues sont étudiées afin de stationner les travailleurs à l’extérieur du site et du centre-ville. 

    DÉMOLITION 

    L’audit public a été organisé après que 31 personnes se soient opposées à la demande de démolition à la suite de la publication de l’avis public (entre le 1er juin et le 13 juin). 

    Le comité de démolition, sur lequel siègent les élus Nelson Lepage, André Beaulieu et Mario Bastille (en remplacement de Steeve Drapeau), doit maintenant tenir compte des opinions rendues afin de prendre la meilleure décision dans ce dossier. 

    Ils baseront aussi leur choix sur plusieurs critères, dont l’état de l'immeuble, la détérioration du voisinage, le caractère historique du bâtiment, le cout de la restauration, etc. 

    Les élus de Rivière-du-Loup annonceront leur décision concernant la demande du permis de démolition lors de la séance du conseil municipal du 4 juillet. Celle-ci pourra ensuite être portée en appel. Un processus similaire a été vécu dans le dossier du 435, rue Lafontaine. 

     

    commentairesCommentaires

    7

    • RD
      Robert Dubé
      temps Il y a 6 mois
      C est une trop grosse batisse pour ce beau coin de la ville, à coté du motel universel est le meilleur endroit et ca ne brisera pas la vision de notre beau centre ville. Facile à comprendre, et de toute facon , y a seulement les riches qui vont pouvoir aller vivre dans cette grosse batisse, le citoyen moyen n a pas assez d argent, et le pire on est en plus grand nombre, on devrait avoir le droit de parler et être écouté. Mais non l argent passe par dessus les humains pauvres.
    • YB
      Yves Beaulieu
      temps Il y a 6 mois
      J’espère que ce n’est pas une petite poignée de citoyen qui va bloqué un projet d’envergure à RDL.🥵
    • CB
      Christian Bouchard
      temps Il y a 6 mois
      J'ai rien contre le projet, mais pas à cette endroit.
    • AG
      Annie Gagné
      temps Il y a 6 mois
      Dans des Medway il chargement 4$ de l'heures pour les stationnement pour clinique médical. Le prix pour les logements risque d'être assez dispendieux .
    • YB
      Yves Beaulieu
      temps Il y a 6 mois
      Bravo pour ceux qui pensent petit( un petit quartier, une petite ville) faut surtout pas voir grand!
    • JL
      Jeanne Lavoie
      temps Il y a 6 mois
      Revitaliser le centre-ville, ce n’est pas de construire un immeuble de neuf étages dans un endroit qui ne convient pas. Je ne suis pas contre ce projet, mais pas à cet endroit. C’est trop gros, trop haut, trop vite, trop de tout! Et pourquoi aller si vite dans ce projet? Pour redorer le blason du centre-ville, pensons à la rénovation de certains bâtiments situés sur la rue Lafontaine; quelques-unes sont en bien piètre état.
    • RU
      Rioux ursule
      temps Il y a 6 mois
      Le Groupe Medway entend et lit les craintes mais il ne change pas un iota adon projet, ce n’est pas ce que j’appelle de l’écoute, il veut seulement faire passer son projet tel quel Je ne comprends pas que M D’Auteuil a dû modifier son projet rue St Henri à cause de 3 personnes et que 35 personnes et plus qui demandent des modifications à ce projet ci, ne sont pas pris en consideration
    AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    3 décembre 2022 | 6h05

    Parcourir la province pour dénicher de nouveaux talents

    Du 16 au 30 novembre, l’entreprise Premier Tech basée à Rivière-du-Loup a fait le tour du Québec dans le cadre de la troisième édition de sa Tournée d’embauche. Partout dans la province, les recruteurs ont rencontré plus de 150 personnes à fort potentiel pour se joindre à l’équipe toujours grandissante de la compagnie. «On a eu de beaux échanges, ...

    2 décembre 2022 | 6h00

    Près d’un demi-million versé en 15 ans par le Fonds Jeunesse Témiscouata

    Le Carrefour jeunesse-emploi de Témiscouata a présenté, mercredi dernier, la 26e remise des bourses du Fonds Jeunesse Témiscouata. L’initiative créée en 2007 a permis d’offrir 1132 bourses totalisant une somme de 446 475 $ à des jeunes ayant choisi d’effectuer un stage de formation, ou de venir s’établir et travailler ou démarrer une entreprise au ...

    30 novembre 2022 | 7h02

    Le Groupe Lebel en attente dans deux projets majeurs

    Le Groupe Lebel attend toujours des 
nouvelles à la suite de sa demande faite 
il y a un an au bureau régional du 
ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques à Rimouski pour son projet de 40 M $ à l’usine de Saint-Michel-du-Squatec.  «Quand j’ai rencontré Amélie Dionne, elle m’a fait ...