Publicité
22 février 2020 - 06:55

Profiter des opportunités d’affaires à l’étranger

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Explorer de nouveaux marchés internationaux et profiter de nouvelles opportunités à l’étranger peut sembler complexe et intimidant pour les dirigeants de nombreuses PME qui ont bien souvent d’autres priorités. Or, le ministère des Relations internationales et de la Francophonie offre de l’accompagnement pour ces entrepreneurs, a rappelé la ministre Nadine Girault, ce vendredi 21 février. 

Mme Girault était de passage à l’Hôtel Levesque dans le cadre d’une tournée des régions du Québec, laquelle avait la ville de Rivière-du-Loup comme première destination. Elle y a rencontré la communauté d’affaires lors d’un dîner avec la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup. 

«Je commence ma tournée ici parce que c’est une région qui compte beaucoup de PME et qui est très innovatrice, a partagé la ministre qui a également discuté avec la mairesse Sylvie Vignet et visité Premier Tech et le Cégep de Rivière-du-Loup. C’est vraiment la région par laquelle je souhaitais commencer avant de me diriger vers l’Outaouais et l’Estrie.»

Mme Girault a mentionné avoir compris, depuis le début de son mandat, que les entrepreneurs ne réalisent pas vraiment la ressource qu’est le ministère pour les opportunités d'affaires à l’étranger. Cette tournée a l’objectif de corriger la situation, ainsi que de présenter la vision et le plan du gouvernement en matière de relations internationales, diversification des marchés et attraction des investissements. 

«Les gens ne comprennent pas ce qu’on fait et surtout ce qu’on fait de nouveau, a-t-elle expliqué. Je veux leur faire comprendre que nous sommes là pour travailler avec eux. Oui, on fait de la diplomatie d’influence, mais on fait aussi beaucoup, et surtout maintenant, de la diplomatie économique.»

FAVORISER L’EXPORTATION

Le ministère des Relations internationales et de la Francophonie compte 33 bureaux dans 18 pays. «Ils sont là pour nos entrepreneurs, a poursuivi la ministre. On veut travailler avec eux pour les aider à exporter. Actuellement, 70 % des exportations se font aux États-Unis. Il faut continuer de profiter de ce marché, mais on veut que les gens d’affaires s’ouvrent sur le reste du monde. Il y a énormément d’opportunités ailleurs.»

Nadine Girault prend comme exemple l’entreprise Rodeo FX de Montréal qui a su bénéficier de l’accompagnement du gouvernement dans le cadre de son expansion en Europe. «Quand ils sont partis s’installer à Munich, ils ne savaient pas comment procéder. Nous les avons aidé à se trouver un local, à s’installer au niveau informatique, à trouver des employés…», a-t-elle raconté. 

Mme Girault dit aussi travailler en étroite collaboration avec Investissement Québec qui va ouvrir et développer des bureaux dans chacune des régions de la province. Les entrepreneurs y retrouveront des gens compétents qui sauront les orienter vers les bons positionnements et aussi sur les endroits où il y a du potentiel pour leurs produits et services. 

«Il ne faut pas se leurrer, les très grandes entreprises ont des divisions complètes qui font de l’international. Oui, elles veulent du support, mais ils n’ont pas vraiment besoin du même accompagnement. Les PME, par contre, ont des produits et des innovations extraordinaires qu’on pourrait exporter, mais ils n’ont pas le temps ou les ressources. Ils ne savent pas nécessairement où se diriger. On va leur offrir une porte d’entrée», assure-t-elle. 

ATTIRER DES TRAVAILLEURS COMPÉTENTS? OUI, MAIS…

Rencontrée à l’Hôtel Levesque en début d’après-midi, la mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet, s’est réjouie du passage de la ministre Girault. Elle était aussi heureuse de l’entendre mentionner que l’attraction d’investissements étrangers et de travailleurs d’expérience faisait également partie des objectifs de la Coalition Avenir Québec. Cependant, elle lui a fait comprendre que le gouvernement devait être cohérent. 

«On a quand même une préoccupation. Oui, nos entreprises vont chercher des travailleurs à l’étranger, mais quand ils arrivent ici, ils ne peuvent pas travailler parce qu’ils ne trouvent pas de places en garderie. C’est un problème majeur et nous allons avoir de l’aide [du gouvernement]», a lancé Mme Vignet. 

À ce sujet, la ministre Nadine Girault s’est engagée à en faire mention à son collègue du ministère de la Famille. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article